dimanche 3 juillet 2011

Le Manifeste des Histoires à Mystère

Qu'est-ce qu'une histoire à mystère ? C'est très simple.

Je vous mets dans l'ambiance.

Des amis yuppies mangent ensemble lors d'une soirée. Ils ont des vêtements fluos, des mullets et pour les femmes, une seule épaule dénudée. Ils mangent une pierrade,

une pierrade

ils sont heureux comme s'ils avaient pris de la coke, peut-être même en ont-ils pris. Et après, échangisme, partouze ? Nul ne le saura, mais en dessert ils prendront soit un citron givré, soit une viennetta, soit un mystère.


Mais non évidemment.


Bon, les histoires à Mystère, ou les univers à Mystère, ce sont des univers de fiction qui retiennent l’intérêt de l'audience par un "mystère" général, comme un complot, comme une grande énigme, qui est un personnage à part entière et qui fait toute l'identité de l'histoire.

Dans la pop-culture moderne, les histoires à mystère(s) sont courantes, c'est un peu de la pornographie narrative, tout particulièrement depuis Twin Peaks qui a été fondateur à plusieurs titres, mais cela existe depuis bien longtemps (un bon exemple antérieur : Le Prisonnier).

C'est de la pornographie narrative, car c'est un levier cheap, souvent mal maîtrisé, sources d'immenses frustrations. Ainsi, je propose ci-dessous le MANIFESTE DES HISTOIRES A MYSTÈRE, à savoir quelques exemples frappants d'échecs afin que le pire ne se reproduise plus. A lire, bien sûr, juste après une bonne pierrade en regardant Sacrée Soirée. J'ai essayé de trouver un nom plus prétentieux, mais j'ai pas pu je suis au max.

MANIFESTE DES HISTOIRES A MYSTÈRE

1) Si tu fais une histoire à mystère, dévoile le mystère à la fin.

Sinon tu seras ridicule et con. Sinon les personnes qui auront brûlé le temps de leur faible vie à se concentrer sur ce que tu as fait auront été flouées. C'est je pense la règle principale.

Un exemple classique est la série X-files. Y a un vague truc de complot extra-terrestre mais il apparaît évident que les scénaristes n'en savent pas plus que nous. Les films nous ont promis de grosses "révélations", mais la seule révélation était du style "bon, on est désolés, on vous le dira quand on aura un bon truc". 


tagline mensongère

La série est pas mal, ouais, mais dans ses épisodes stand-alone, dès que ca parle du complot on peut être sûr qu'on avancera pas d'un iota. En fait, on se trouve paradoxalement dans la peau de Scully des premieres saisons, le sourire en coin lorsqu'on en parle. Pour les mauvaises raisons.


2) Si tu fais une histoire à mystère et que tu ne comptes rien dire, au moins connais-le bien, bâtis ton univers autour.

Si tu n'es pas certain des tenants aboutissant du "complot" ou du "secret" du monde (c'est le cas souvent des jeux de rôles en début de gamme), cela se sent rapidement, d'instinct. La gamme Polaris typiquement place divers corporations et autres occultes marionnettistes omniscients depuis plusieurs années dans un univers costaud et fascinant, mais on sent qu'il y a un goût de "je-ne-sais-pas-où-je-vais".


Super maquette. Je le lirai dans une prochaine vie.

A l'opposé, Mulholland Drive est aussi un super exemple dans le sens positif. Voilà un film vraiment mystérieux, où plane un mystère global, et, lorsque l'on a la clef, tout s'éclaire. On se garde de nous donner le fin mot, mais si vous le trouvez par vous-même, vous vous tapez le front et vous vous dites "Mais c'est vraiment génial !".


3) Si tu as un peu honte de ton mystère, dis-le quand même, merde.

Ben oui, on est là pour ça. Un bon exemple positif, c'est la Compagnie des Glaces. J'ai lu la compagnie des Glaces, oui madame. Ca m'a pris un an et demi à raison de 2h par jour. Faut dire que c'est la plus longue série de SF de tous les temps. En gros, ca raconte l'histoire de la Terre dont les cieux sont occultés par une poussière cosmique et les hommes vivent par -87° dans des trains sillonnant une boule de glace. La question c'est qu'est ce qu'il s'est passé ? 
Bon, l'explication est pas géniale et donner un tenant à une oeuvre de 62 romans est bancale, mais au moins, il la donne, on a droit à tous les détails. Et bien merci, mec.


J'ai tout lu. C'est long vers la fin.

Un autre exemple un peu cocasse est Monkey Island 2. Bon la fin de Monkey Island 2 est un peu WTF, avec une histoire de pirates un peu cools qui se transforme en une histoire vaudou qui tente de justifier des anachronismes et peut-être l'emprunt de sa thématique à l'attraction des Pirates des Caraïbes. La fin est très mystérieuse, un comble pour le meilleur point'n'click ever, mais une théorie de bon sens à tendance à émerger. 


En plus la fin fait peur quoi

Cependant, Ron Gilbert le créateur s'est fermé comme une huître (faut dire que la relation avec LucasArts s'est rompue à cette époque) et a vivement nié toutes les théories existantes en disant qu'elles étaient fausses, laissant les itérations suivantes de la série dans l'embarras. Et bien que Dieu te garde, Ron, mais tu nous emmerdes bien.


4) Tu sais, dévoiler le mystère dès la page 1, c'est pas si grave

J'ai acheté récemment un JDR que j'aime beaucoup, Sable Rouge. Faut dire que l'ouvrage en dépit d'une maquette horrible est ponctué de citations de films de John Carpenter et de Philippe K. Dick. Et bien dans Sable Rouge y a des tonnes de mystères qui sont expliqués intégralement dans le PREMIER FREAKING CHAPITRE. Et bien c'est génial. Les héros ne sont pas omniscients. Mais le lecteur peut être plus informés qu'eux. Les histoires à mystère peuvent vivre ainsi.


Debout, c'est l'heure de rester en vie !

C'est le postulat de la série Columbo. Et Columbo est une chouette série.


5) Les mystères de type "Deus Ex Machina" sont les pires au monde

OK je me suis tapé les 9 000 pages de l'Aube de la Nuit d'Hamilton. Ouais, c'est un super Space Op. Bon, je vais vous le spoiler tout de suite. Y a un gros mystère, l'humanité va bientôt disparaître, il se passe des tonnes de trucs, et les 9 000 freaking pages d'intrigues diverses se résolvent en 10 pages. Le héros rencontre une sorte de Dieu (une singularité cosmique basée sur les fluctuations du vide, whatever) et hop badaboum il remodèle l'univers et TOUT EST REDEVENU COMME AVANT. Au delà de la dimension messianique foutage de gueule, c'est, plus simplement, du foutage de gueule. Donc pour Pandora's Star et a fortiori la Trilogie du Vide, tu repasseras, mec.


Mon dieu, c'est plein d'étoiles et de déception

6) Non, attendez, les mystères de type "Tout ceci n'était qu'un rêve" sont les PIRES au monde.

Lost. 
Avez-vous eu cette super petite excitation dans le bas-ventre quand Locke découvre la Hatch dans la saison 1 ?
C'était tellement bon ! 
Bon j'ai lâché à la saison 2. Y avait tellement de trucs bizarroïdes que cela semblait rapidement évident qu'il y aurait une explication foutage de gueule. Six ans plus tard, quand j'ai lu le thread Gamekult où les gens s'immolaient de désespoir au visionnage de la fin de la série, je me suis dis que j'avais bien fait de faire des choses utiles au lieu de regarder Lost comme, par exemple, lire du Robert Scheckley.

What’s in the hatch?
C'était encore bien à l'époque.

7) Tu sais mec, si tu dis pas ton mystère de suite, il pourrait t'arriver un accident, c'est dommage.



NUFF SAID

Je ne suis pas fou des mystères.

Moi, j'aime bien les histoires d'amour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de lire mon blog