samedi 29 octobre 2011

Le Commonplace Book de Lovecraft, le Commonplace Book de FibreTigre

HP Lovecraft est un auteur qui jouit d'une célébrité post-mortem qui fait rêver la plupart des écrivains ratés d'histoires inquiétantes surchargées en adjectifs improbables, célébrité due à la surexploitation de son univers, surexploitation joyeuse due à une absence de droits de propriété intellectuelle.


Il vous a bien eu avec ses copyleft

Entre autres écrits le reclus de Providence nous a transmis un "outil de travail" : le Commonplace Book.

Les Commonplace Books sont des ouvrages qui ont connu leur franc usage vers le 15ème siècle et après, et servaient de compilation d'éléments de savoir sur un thème particulier - des encyclopédies spécialisées et empiriques, en quelque sorte.

Celui de Lovecraft traitait bien évidemment d'histoires propres à son univers.

Comme il l'écrit lui-même :

[Note : comme je ne suis pas un traducteur émérite, je placerai toutes les entrées en anglais puis en français traduites]

This book consists of ideas, images, & quotations hastily jotted down for possible future use in weird fiction. Very few are actually developed plots—for the most part they are merely suggestions or random impressions designed to set the memory or imagination working. Their sources are various—dreams, things read, casual incidents, idle conceptions, & so on.

Ce livre est constitué d'idées, d'images et de citations jetées en hâte sur le papier pour des utilisations ultérieures dans le cadre de la Weird Fiction. Très peu sont en réalité des canevas dramatiques détaillés - la plupart ne sont que de simples suggestions ou des impressions contingentes conçues pour mettre en marche l'imagination ou la mémoire. Leurs sources sont diverses  - rêves, choses lues, incidents du quotidien, concepts naturels, etc...

Et contient 221 entrées d'éléments. Voici les 5 premiers.  :

1) Demophon shivered when the sun shone upon him. (Lover of darkness = ignorance.)
Demophon trembla quand le soleil brilla sur lui. (L'Amant des ténèbres = ignorance)

2)  Inhabitants of Zinge, over whom the star Canopus rises every night, are always gay and without sorrow.
Les habitants de Zinge, sur lesquels l'étoile Canopus se lève chaque nuit, sont toujours joyeux et sans mélancolie.

3)  The shores of Attica respond in song to the waves of the Aegean.
Les rivages de l'Attique chantent en réponse aux vagues des Egéens

4)  Horror Story - Man dreams of falling—found on floor mangled as tho’ from falling from a vast height.
Histoire d'horreur : Un homme rêve qu'il tombe - on le retrouve sur le sol, désarticulé comme s'il était tombé d'une grande hauteur.

5)  Narrator walks along unfamiliar country road,—comes to strange region of the unreal.
Le narrateur parcours une route de campagne qu'il ne connaît pas bien - arrive dans une région étrange de l'irréel.

Certaines entrées sont très...Lovecraft comme "grattements et grincements étranges". Si vous avez une tendresse pour le bonhomme, ce livre est très amusant à lire.

Le Commonplace book a traversé mon chemin lorsque j'ai été aimablement sollicité pour réaliser un ouvrage pour la Maison d'Ailleurs il y a quelques années, dans le cadre d'une exposition. Cela a été possible grâce à la collaboration d'émérites créateurs qui se reconnaîtront ici.


Bon j'y figure sous l'un de mes
nombreux alias.

Depuis une semaine j'ai ouvert moi-même mon Commonplace Book.

C'est un simple carnet clairefontaine plutôt moche avec un stylo moche aussi mais ces deux-là m'accompagnent tout le temps.

Je le recouvre au fil des jours de mes idées sur le même principe que Lovecraft. Et pour mon écriture indiscible, ce n'est pas un hommage, c'est simplement ainsi : je crois être le seul au monde à pouvoir me relire.


Elle est pas très belle, mais c'est la mienne

Voici les premières entrées ; je mettrai à jour les entrées par tranche de 20 quand elles seront là.

1) Chien d'aveugle. Le narrateur guide un être puissant comme un chien d'aveugle, à son insu. Il réalise un jour la faiblesse de ce puissant et le pouvoir qu'il exerce sur lui.

2) Une femme sort d'un commissariat, elle porte un turban.

3) Les anesthésies opératoires donnent parfois des visions particulières, semblables aux tableaux de Dali. Pourquoi précisement ces visions ?

4) Un duel ; un pardon est donné subitement, comme un coup de fusil.

5) Une télé-réalité est organisée avec des équipes formées d'un binôme humain/extra-terrestre

6) Une ville de murs blancs, éclairés, étranges, aux perspectives surréalistes.

7) Devant le marché aux fleurs sur une variété commune, un biologiste remarque sur un plant une altération génétique susceptible de créer un poison puissant.

8) Les ambiances particulières de silence et de vide quand les commerçants des marchés plient bagage.

9) Des vidéocassettes dont la vision donnent des tendances suicidaires. Le traitement de l'histoire devrait être décalé, le milieu des adeptes de la vidéocassette, dans un monde moderne de numérique. Mise en abyme possible ?

10) Dans 1000 ans, des psychologues étudient des pulsions sentimentales profondes et les lient à des vestiges émotionnels liés à nos usages actuels (angoisse du dimanche soir).

11) L'atmosphère confinée, calme, douce, d'un intérieur d'avion volant de nuit.

12) Cet homme n'a dans sa playlist que des chansons avec des prénoms de femme : Valérie, Denise...etc...

13) On tente de corrompre un journaliste. Détail de son cheminement mental, intellectuel, froid par rapport à ses décisions ultérieures.

14) On kidnappe un aveugle pour le maltraiter / violenter...il organise sa vengeance et retrouve le cheminement de son rapt grâce aux odeurs des bâtiments, des commerces...il fait croire qu'il n'est pas aveugle.

15) Bd St Germain, aux alentours du 20, trois boutiques se suivent : un magasin de cartes (comme cartes au trésor), un spécialiste de la recherche d'héritiers, et un antiquaire. Etonnante syzygie.

16) Les ombres des feuilles des arbres tracent sur le sol des labyrinthes étranges qui sont des portes éphémères vers d'autres mondes.

17) On n'a pas de souvenir. On détient juste le chemin temporel pour revivre les évènements.

18) Comment peut-on sentir le poids du regard des autres ? Il y a forcément quelque chose. Le rayonnement alpha du cerveau ?

19) Peut-il exister un consensus universel sur la beauté ? Peut-être via la loi de modération (Le Chatelier). Peut-être les mathématiques. A quoi ressemblerait une approche de l'art extra-terrestre ?

20) Parfois on pense un mot et on en écrit un autre. Le narrateur collecte ces mots écrits malgré lui et dialogue ainsi avec un être étrange vivant en lui.

Je n'ai pas la puissance poétique du Maître, mais j'ai l'intention de continuer et d'en remplir des dizaines de carnets. Peut-être avec suffisamment de sueur et de patience, le tamis du temps me fera la grâce d'une bonne idée.

6 commentaires:

  1. Très très bonne idée, on va faire pareil !

    RépondreSupprimer
  2. Pendant que j'y suis, on trouve des articles sur le sujet surtout en langue anglaise, est-ce que c'est parce que c'est une particularité anglo-saxonne ? As-tu des exemples en français ?

    D'autre part, on a l'impression que c'est quand même surtout des compilations d'idées courantes d'un siècle donné (d'où le "lieux communs" en parlant de quelque chose de convenu, voire plat), de moeurs d'une époque, et plus récemment les articles que j'ai trouvé parlent de notes de lectures (il y a tout un livre sur le sujet, on le trouve sur google books).

    Or, dans l'utilisation qu'en a fait Lovecraft, c'est plutôt une compilation d'idée à lui, et à lui seul, surtout des idées d'histoire étranges et parfois contradictoires avec elles-mêmes.

    Est-ce que cette utilisation est propre à Lovecraft, ou bien on a d'autres exemples d'utilisations similaires ?

    RépondreSupprimer
  3. Dans l'expo, ils avaient traduit Commonplace Book par livre de raison. Il y a un article relativement correct sur les Commonplace Books sur Wikipedia english.

    Pour des utilisations similaires dans le cadre de la création, je n'ai en tête qu'un seul autre exemple avéré : c'est Jeunet qui tient un carnet d'histoires bizarres, et qu'il a utilisé notamment pour Amélie Poulain qui est une compilation d'anecdotes. Mais dans les faits, je suis certain que les personnes sérieuses le font toutes.

    En fait, avant de passer au papier, je m'auto-envoyais des mails via iphone. Mais je tape trop lentement, cela était rageant.

    FT

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, on trouve une entrée wikipedia sur "livre de raison", même si elle n'est pas lié au "commonplace books" du wikipedia anglais, signe peut-être qu'il y a une petite différence culturelle ou sémantique.

    Merci pour cette précision en tout cas.

    RépondreSupprimer
  5. "Voici les premières entrées ; je mettrai à jour les entrées par tranche de 20 quand elles seront là." N'avez vous donc rien écrit depuis octobre de l'année dernière ? Je trouve certaines idées potentiellement intéressante, et j'aurai aimé voire la suite.

    Je ne demande pas plus que l'idée d'ailleurs, d'une manière Borgèsienne (ça se dit ? ) je pense que l'idée de l'histoire peut être très intéressante même sans l'histoire elle même.

    RépondreSupprimer
  6. Je les note en permanence, mais ca dévoile aussi beaucoup de projets "secrets" sur lesquels je travaille.

    Je note aussi diverses idées d'articles comme :
    - expliquer pourquoi la démarche de Dreamworks est vulgaire
    - le théorème d'incomplétude de Gödel et sa répercussion métaphysique (vulgariser)
    - Des arguments contre la gay pride
    - ...
    etc

    Tout viendra sur ce blog, merci de votre attention !

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog