mercredi 23 novembre 2011

Le jeu vidéo, sexiste ? Voici quelques femmes numériques épatantes !

Il est un peu court et arbitraire de déclarer le jeu vidéo sexiste ; la femme y est souvent représentée à son avantage, mais il faut simplement passer outre les réclames souvent outrancières des blockbusters et autres titres AAA pour en faire le constat.

Car après tout, dans l'industrie cinématographique, les femmes sont odieusement stéréotypées, elles ont toutes les mêmes coupes de cheveux, les mêmes attitudes et le même ratio poitrine / taille / hanche. Si officiellement l'occident refuse l'eugénisme scientifique, la pression sociale induite par ces films crée un véritable eugénisme culturel.

A noter que depuis les temps antiques du jeu vidéo celui-ci se revendique de l'amour courtois avec un Céladon moderne qui serait devenu plombier bravant les dangers pour sauver une princesse. Avec le développement sophistiqué de la narration, certains scénaristes nous ont fait cadeau de femmes éblouissantes et inoubliables.

Je vais vous présenter ici quelques femmes brillantes du monde des jeux vidéo.

Voici les critères que j'ai retenu :

- Ce sont des femmes avec une personnalité forte, mais pas stéréotypée (exit les jeux made in Japan, adieu Alyx Vance)
- Elles ont des projets, de l'ambition, du courage, elles prennent des risques (exit les sidekicks transparentes)
- Elles ne sont pas nunuches (bye bye Kate Walker)
- Elles n'ont pas un physique de mannequin ou d'actrice porno (adieu Lara Croft, Miranda Lawson)
- Elles n'ont pas de tenue ou de pose d'actrices porno pour défendre leur cause (adieu Bayonetta)
- Elles n'ont pas de gros flingue, car les flingues, cela ne défend pas une cause (so long Anya Stroud)
- Ce ne sont pas des adaptations d'autres médias (exit les Batman-girls)
- Ce ne sont pas des alibis, autrement dit, leur personnage n'est pas interchangeable avec un personnage masculin identique.

Je vous présente :

Bonnie McFarlane de Red Dead Redemption

Hey Mister Maaaarston...



"Je n'ai jamais rencontré un type en cravate 
en qui je pourrais avoir confiance"



Bonnie est une femme courageuse et intelligente. Alors que sa fratrie est retournée dans le grand Est pour travailler dans la finance, Bonnie est restée auprès de son père pour s'occuper du ranch familial. Elle a un bon coeur et ne peut s'empêcher d'aider John Marston, même si un vieux réflexe de femme dans un monde d'hommes rudes la fait toujours se cacher derrière une dette imaginaire "je ne fais pas cela pour rien, Mister Marston, j'attends que vous m'aidiez à la ferme...". Fréquenter cet ancien braqueur lui attirera plus que des ennuis : elle finira pendue à un gibet puis sauvée in extremis. Après une période de froid relationnel, Marston viendra lui présenter sa famille...on comprend alors que Bonnie a le coeur plein de regrets de ne pas avoir trouvé un type droit comme Marston.

Bonnie a des valeurs ; elle protège sa famille et son père. Elle a les idées claires et ne manque pas de courage. C'est une flamme pure dans un ouest sans foi ni loi.


Les Femmes Rockstar

Si Rockstar a le chic pour mettre en scène des clichés de la vie gangsta-bling-bling à renfort de plans salaces (virées dans les strip-teases, proxénétisme...), il a créé dans ses jeux des femmes énergiques et braves, qui une fois de plus apportent une lumière discrète dans les ténèbres du vice.

L'image d'épinal de la femme quand on pense à GTA

Ainsi, dans GTA IV, Mallorie est la fiancée du cousin du héros. Ledit cousin cumule pas mal de tares : joueur addictif, poule mouillée, manipulateur, il aime toutefois sincèrement Mallorie et celle-ci va le défendre même vis-à-vis des brutes qui viennent le terroriser. Elle le soutient dans ses entreprises et encourage sa faculté à rebondir ; immigrés tous les deux dans cette ville, elle ne le laissera pas tomber, c'est un personnage discret et fort qui se démènera même pour trouver une petite amie au héros !

Mallorie, une fille sur laquelle on peut compter

Plus tard dans le même jeu, le héros rencontrera Kate McReary. Seule fille dans une fratrie de types peu recommandables, elle aura cette finesse d'esprit de comprendre que le héros est en train de se noyer dans un labyrinthe d'embrouilles, que ces meurtres et cet argent, il ne les veut pas pour pour lui-même ; elle n'a pas d’intérêt dans le clinquant ou le tape-à-l'oeil, elle veut une relation simple. Elle demandera à Niko de la loyauté, de la paix, elle sera l'ange de la rédemption d'un homme damné...mais la rédemption n'existe pas pour les tueurs, hélas.

Kate, la femme comme espoir de redemption


Annie Larris, Melissa China et Leslie Bennett de Zac Mc Kraken


Trois versions kawai de nos héroines scientifiques


Zac Mc Kraken vous propose de jouer 4 héros, dont 3 sont des femmes. Des scientifiques. Leslie et Melissa, diplômées de Yale, sont ingénieuses et délurées : elles transforment un van seventies en vaisseau spatial pour aller sur Mars. Annie est une mystique à col roulé qui croit en la magie des pierres ; mais elle guide le héros éponyme du jeu dans sa quête contre une invasion extra-terrestre. Dans un syndrome très Lucasarts (après tout, le héros phare de Lucas, Indiana Jones, est un personnage faible qui se fait dominer par les femmes qu'il rencontre), ce seront ces femmes fortes qui donneront la marche à suivre - et leurs intuitions sont fulgurantes.


Au milieu à gauche on voit une version
plus occidentale d'Annie.


Rosa Angel de Condemned

Condemned est un jeu qui se veut gritty, c'est à dire proche de la réalité, et quand on se fait cogner, cela fait mal. Le héros, un flic de la police scientifique qui a tout de l'immigré latino en surpoids va vivre un enfer entre clodos défoncés à la drogue et manifestations surnaturelles. Dans son odyssée de ténèbres, une voix : Rosa Angel, sa collègue au service de police. Quand il se verra accusé à tort d'un meurtre, elle va croire en son innocence et se battre pour lui ; et quand la ville basculera dans la folie, elle affrontera ses peurs et ira dans un musée hanté aider le héros. Pas parce qu'elle est amoureuse, simplement parce qu'elle veut défendre la vérité et qu'elle a une foi intérieure qui la guide. Il n'y a aucune tension sexuelle entre les protagonistes, simplement le lien affectif de deux flics opiniâtres plongés dans l'horreur.

Veuillez excuser ce screenshot pourri

A noter qu'avec le succès de Condemned, la Rosa plutôt bien en chair du 1 se transformera en flic plutôt lisse dans le 2. Dommage !

Rosa Angel V2.0, pas du tout le même look


Shodan des System Shock

Shodan est une femme sublimée en déesse des enfers. Intelligence Artificielle à l'égo surdimensionné, elle noue avec le héros de la licence System Shock une relation de collaboration - récompense - mépris - haine étrange.


Shodan, femme manipulatrice
"J'ai souffert suffisamment longtemps de votre présence.
Il est temps de mettre fin à notre danse"


Un jour elle veut célébrer l'avènement de sa liberté en bombardant la terre du feu nucléaire, le lendemain elle se fait passer pour un collaborateur du héros pour le guider (d'un ton impatient). Elle le traite d'insecte, mais le récompense avec des modules informatiques qui le transforment...en chose plus proche d'elle. Le héros se mue en Shodan et Shodan joue avec son protégé. Ne dit-on pas que la haine est souvent proche de l'amour ?

Shodan est terrifiante, Shodan est infernale, Shodan est fascinante - Shodan est une femme terrible et inoubliable.


Mike-One-Juliet de Battlefield Bad Company

Dans l'histoire pittoresque de Battlefield Bad Company, une bande de bras cassés de l'armée tombe sur un chargement d'or, poursuit les lingots au-delà de la mauvaise frontière et -oh oh- déclenchent une guerre. Sur ce fond de pitreries, le jeu a des élans de désespoir : la Bad Company regroupe des indésirables que l'armée utilise comme chair à canon. D'abord drapée dans une autorité inflexible, Mike-One-Juliet, l'agent de dispatchement qui leur donne des ordres radio, va annoncer des missions de plus en plus difficiles, expliquant que...qu'elle est désolée, mais que ce sont les ordres. Dans les moments tragiques, elle aura un mot de réconfort. Dans les moments d'urgence, elle trouvera une solution, parfois à l'encontre de ses supérieurs. Et quand les héros mettront la main sur l'or...elle demandera sa part avec filouterie.

Mike-One-Juliet a ceci d'épatant que nulle part dans le jeu, dans les concept artworks ou dans ses suites on ne la verra. Elle n'existe que par sa voix, que l'on déteste au début, et qui nous sert de guide encore une fois dans la nuit de nos épreuves. Et on se dit que c'est chouette d'avoir une femme pour nous soutenir.


Mike-One-Juliet n'apparaissant jamais à l'écran,
voici une photo de Jennifer Woodward, qui en fait
la délicieuse voix



Ursula de Gladius

Ursula est une battante. Princesse jumelle du futur prétendant à la couronne d'un pays nordique, elle ne se laisse conter par personne et veut vivre l'ivresse étrange des combats sportifs de gladiateurs. Elle s'opposera à son frère, à son père, aux prophètes de son pays, et ira dans des contrées exotiques, abordant les gens avec une sincérité de coeur et l'esprit rêveur. Si elle aura la faiblesse de tomber amoureuse, elle renoncera sans regret à cet amour pour vivre son destin ; pour Ursula, la Liberté n'est pas un vain mot.

Ursula entourée d'amazones, les machos n'ont qu'à bien se tenir

A noter qu'Ursula est doublée par Linda Cardellini, qui joue dans Freaks & Geeks et porte le rôle de Welma dans Scooby-Doo. Ce personnage était destiné à être une fille atypique et malicieuse !


Moira Brown de Fallout 3


Bon, sur la photo elle respire pas l'enthousiasme...


Dans le monde de tristesse et de fadeur de Fallout 3, le rayon de soleil nous vient d'une femme ; elle tient un magasin dans une ville construite autour d'une bombe. Dynamique et punchy, elle a un grand projet : celui de faire un guide de référence de survie dans cette Amérique dévastée et crée plein d'expériences (dont le cobaye est généralement le héros) et d'inventions. Toujours gonflée d'enthousiasme, des missions suicides du style "allez dans cet égout ramasser des oeufs de crocodile mutant" sont pour elles des aventures fabuleuses !

Une version plus en adéquation avec sa joie de vivre

Altruiste, volontaire, intelligente, Moira est une femme formidable qui nous laisse un souvenir coloré dans un monde gris.



Glados des jeux Portal

Glados est l'enfant maudit d'un fantasme kubrickien et d'un construct orwellien pour donner vie à une Vénus robotique, en tel décalage avec l'humanité qu'elle semble le feindre. Face à elle une autre femme, Chell, et ce combat de meilleures ennemies du monde est un théâtre fascinant qui forme le pilier de l'astucieux Portal.

Quoi de mieux pour frapper incisivement une femme qu'une autre femme ? Dans Portal 2, le combat prend une autre dimension avec Glados qui serait la personna de la mère de Chell, et ce qui était une escarmouche de subtilité féminine purement intellectuelle devient une chute dans le complexe d'Electre au dernier degré, la collaboration y disputant avec l'antagonisme.


A gauche, la robotique Glados. 
A droite, sa version "Venus bondage" interprétée.


Glados est une femme, puis une mère blessée, qui avoue à moitié que sa fonction l'a rendue folle, qui a recours à des subterfuges maternels grossiers (si vous vous rendez maintenant vous aurez droit à un délicieux gâteau), qui distille des vexations gratuites pour le plaisir (mon détecteur de poids indique que vous avez grossi), et qui est rancunière comme pas deux (c'était drôle, quand vous essayiez de me tuer, pas vrai ? Enfin, surtout pour vous.)

Dans le naos du labyrinthe de sa psyché mille fois effondrée, Glados semble avoir finalement bon coeur, même si elle ne l'avouera jamais par déontologie. D'ailleurs, elle m'a dit vous avoir préparé un délicieux gâteau.

Cela n'était qu'un tour d'horizon de ce pourquoi les créateurs de jeux vidéo respectent et honorent la présence des femmes dans leurs réalisations.

Je ne veux pas réduire la conséquence de la présence d'une femme dans une histoire à l'injection de romance et d'amour ; et pourtant, et pourtant...le monde entier tourne autour de la romance, et les femmes sont les interprètes artistiquement inégalées de ce chant qu'est l'amour ; et pas seulement l'amour de l'homme ou de la femme, l'amour de nos projets, l'amour de notre avenir, l'amour du monde, l'amour tout court.

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Vous ne parlez pas de Cate Archer de No One Lives Forever, pourtant un beau perso...
    (par ailleurs on peut se demander pourquoi le fait d'avoir un "physique de mannequin" obère le fait d'être un personnage intéressant...)

    RépondreSupprimer
  2. Baldur's Gate est un produit dérivé de AD&D, donc il est exclu de la liste.

    J'exclus les "mannequins" car j'en ai assez des femmes normées mannequins. C'est un peu arbitraire...désolé

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog