mercredi 18 juillet 2012

Pulp Fiction Style

Pour diverses raisons je dois faire des trajets en voiture avec mon père ces derniers temps.

Je me demande bien pourquoi je me casse la tête à trouver des dialogues, alors que ce qu'il dit est bien plus inventif que ce que je pourrais sortir.

Voilà ce à quoi j'ai eu droit ce matin :

Dialogue 1.

Père : J'ai vachement réfléchi à l'humanité, tout cela. Son progrès. Je suis ému.
FT : Ah bon ? Pour toi, c'est quoi la grande invention de l'homme ?
Père : Franchement ? La vitre électrique.
FT : La vitre électrique ?! Mais le vaccin, ou l'internet...
Père : Putain mais on voit que t'as pas connu cette époque où on se faisait grave chier à ouvrir la vitre avec une putain de poignée ! C'était insupportable. T'avais des accidents en plus. Putain, qu'est ce qu'on se faisait chier. Tu vois, pour moi, l'internet, c'est nul. J'ai connu une époque sans internet, et je me dis, ca durera pas. Des mails des mails des mails. Je t'envoie un mail. Putain. Je vis sans les mails. Je vis bien. Mais les voitures ? Y en a toujours eu.
FT : A l'époque, on se faisait chier, mais on savait pas que çà allait être mieux. On s'en plaignait pas.
Père : Bien observé. Ça se trouve, aujourd'hui, on se fait chier avec des tas de trucs, mais on sait pas qu'on se fait chier car on a pas mieux.
FT : En fait, paradoxalement, quand on améliore une chose, on s'aperçoit qu'avant on souffrait, alors qu'on souffrait pas.
Père : Putain, tu gonfles l'univers avec tes théories. Sinon un truc super chouette c'est le bip-bip qui ouvre les portières à distance.

Dialogue 2.

Père : Tu vois ce billet d'euromillions ? Si ça se trouve je suis riche. Tu sais ce que je vais faire si je suis super riche ? Je vais m'acheter une Maserati. Ca va en jeter grave.
FT : Tu joues quels numéros ?
Père : Je joue JOKER. Numéros au hasard.
FT : Tu joues pas nos dates de naissance ?
Père : Ah, le nul, tu crois qu'on plus de chances de gagner si on prend nos dates ? Tu te gourres à mort.
FT : Non, je pense qu'on a autant de chances de gagner. Mais si tu jouais nos dates, et que tu gagnes, ce serait une belle histoire.
Père : Ah putain c'est là que tu te gourres. Maintenant imagine, je joue vos dates de naissance. Tous les jours. J'y crois et tout. Et un jour, j'oublie de jouer. Et ce jour-là, le gros lot tombe sur vos putains de dates de naissance. Qu'est ce que je fais ? Je vous déteste. Je vous déteste à vie. Je veux plus vous voir.
FT : En fait je viens de réfléchir, si tu joues des dates de naissance on a autant de chances de gagner, mais moins d'être seuls à gagner, donc on gagne moins. Par exemple, y a moins de chance que les gens jouent le 49, tu vois, parce que les jours et mois sont inférieurs à 30.
Père : Je suis né en 48, bravo, merci la famille, on m'oublie. Et cette putain de vioque qui avance à deux à l'heure devant nous, elle est pas née en 49 ? Putain elle est née en 1920 ouais !


6 commentaires:

  1. 7 "putain" en seulement deux petits dialogues... Ouah.
    A part ça, je suis super fan de cette phrase : "Sinon un truc super chouette c'est le bip-bip qui ouvre les portières à distance." <3

    RépondreSupprimer
  2. Ah, rectification, 'y en avait 8...

    RépondreSupprimer
  3. "En fait, paradoxalement, quand on améliore une chose, on s'aperçoit qu'avant on souffrait, alors qu'on souffrait pas."

    Tu fais du Rousseau :

    "Dans ce nouvel état [celui de l'homme civil], avec une vie simple et solitaire, des besoins très bornés, et les instruments qu’ils avaient inventés pour y pourvoir, les hommes jouissant d’un fort grand loisir l’employèrent à se procurer plusieurs sortes de commodités inconnues à leurs pères ; et ce fut là le premier joug qu’ils s’imposèrent sans y songer, et la première source de maux qu’ils préparèrent à leurs descendants ; car outre qu’ils continuèrent ainsi à s’amollir le corps et l’esprit, ces commodités ayant par l’habitude perdu presque tout leur agrément, et étant en même temps dégénérées en de vrais besoins, la privation en devint beaucoup plus cruelle que la possession n’en était douce, et l’on était malheureux de les perdre, sans être heureux de les posséder."

    Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes [1754].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que veut dire l'expression "ils continuèrent ainsie à s'amollir le corps et l'esprit" ??? et aussi que veut dire l'expression " On était malheureux de les perdres sans être heureux de les posséder " ????

      Supprimer

Merci de lire mon blog