lundi 17 septembre 2012

Collection Revue N°3 - Interview de Lord Jon Ray par FibreTigre

Collection Revue est une (la ?) "revue autour du dessin contemporain", un épais volume de plus de 250 pages couleur qui explore ce que vous ne verrez jamais ailleurs en matière de dessin.

Aux cotés de noms assez connus comme Paul Cox, Gary Panter, Killoffer, Jochen Gerner, Ruppert et Mulot, Collection Revue propose un éclairage démocratique sur des passionnés du dessin qui tracent leur voie dans un relatif anonymat, et ce afin de donner un panorama diversifié au maximum de ce corps de métier.

Dans les pages de Collection Revue, les artistes parlent aux artistes et les uns se livrent aux autres dans une intimité technique fascinante.

Pour le volume trois, l'équipe de Collection Revue avait repéré une étrange créature de l'internet : Lord Jon Ray, dont les projets regroupant de la vidéo, de la programmation, de l'image de synthèse et flirtant avec un certain amateurisme s'éparpillaient autour d'un acte créatif monolithique : un blog regroupant 365 dessins en couleur, réalisés à raison d'un par jour.


La qualité du dessin continûment naïve (dont l'ADN pourrait être associé à Deviantart) associée à cet effort prolongé laissait soupçonner une recherche artistique particulière ; en fait, en creusant l'histoire, la démarche était celle d'un autodidacte sincère dont le labeur n'avait pu affirmer - comme il l'avoue - le talent. Collection Revue ne savait pas vraiment comment joindre Lord Jon Ray et surtout leur exposer leurs intentions, en fait, réussir à capter la confiance de l'interlocuteur a déjà été très difficile !

Ils m'ont ensuite confié la conduite de l'interview : après tout, qui de plus approprié pour recueillir la confidence de quelqu'un qui se donne le titre de "Lord" qu'un autre type qui vouvoie tout le monde et se présente sous le pseudo FibreTigre ? Par ailleurs, les travaux de LJR, touchant à la rédaction d'histoires fantasy / SF, la programmation, de jeux notamment, et l'affinité à la sainte trinité nerd anime-JDR-JV étaient très familiers de mon univers. Pour vous donner une idée de l'étrangeté de l'interlocuteur, celui-ci a sur son site web une webcam live braquée sur sa boutique de jeux de rôles préférée !


Ainsi commença une interview fleuve qui dura 10 jours dans lequels furent exposées les intentions, les univers, les espérances de Lord Jon Ray. A cet interview je rajoutais de nombreuses annotations expliquant aux lecteurs du monde du dessin ce qu'est un LARP, un MMO ou qui était Lord British.

Collection Revue a véritablement rendu hommage à la démarche "1 dessin par jour" de Lord Jon Ray en publiant dans ses pages (sous format réduit) une compilation de la totalité de ses dessins, et en couleur.


Lorsque Lord Jon Ray m'a expliqué son projet de "perfection dans le labeur", j'ai pensé à Lewis Trondheim qui, voulant assurer son trait, s'était lancé dans l'écriture des Carottes de Patagonie. Qui possède les aventures "alpha" de Lapinot verront la différence frappante entre la première page et la dernière (la 500ème) - comme si c'étaient au final deux dessinateurs qui les avaient dessinées.

La conclusion logique serait de penser qu'avec le travail, la sueur, la contrainte et le labeur, le trait et le sens artistique s'affermit. Lord Jon Ray nous démontre cependant que ce n'est pas le cas : il déclare qu'il a appris à dessiner plus vite, mais pas mieux.

Je trouve cela chouette que des domaines un peu magiques comme le dessin (ainsi qu'ils devaient être considérés aux temps primitifs), la maîtrise de l'art garde sa part de mystère.

Commander Collection Revue

2 commentaires:

  1. De ce que je vois de son poeuvre, je ne suis pas très étonné que LJR n'ait pas beaucoup progressé en dessin. De ce que mes propres modestes progrès m'ont appris, dessiner beaucoup ne suffit pas, il faut étudier, réfléchir et surtout se mettre en danger pour progresser. En se limitant principalement à des portraits toujours de face, il n'est pas très étonnant qu'il ne progresse pas. Si on compare avec l'exercice de Trondheim, celui ci a été obligé par la nature même de son projet de dessiner ses personnages sous différents angles, dans différentes situations... Et il a progressé.
    Bon, c'est sans doute un peu à côté de la plaque comme commentaire, le propos de l'article n'est pas le progrès en dessin, et LJR ne serait pas nécessairement plus intéressant s'il avait progressé, je diverge simplement parce qu'en tant que type qui a toujours été trop flemmard pour beaucoup progresser moi même, le sujet me fascine, et plus particulièrement les liens entre neuroscience et dessin (cf ce vieux bouquin qui propose des exercices inspirés de l'étude du cerveau pour apprendre à mieux dessiner http://www.amazon.com/gp/product/0874774195/ )

    RépondreSupprimer
  2. Hello,

    Non, je trouve au contraire que ton commentaire est tout à fait adapté à mon article.

    Oui, il y a effectivement une part de "talent" qui n'est pas forcément celui de tenir un crayon mais de "comment apprendre à dessiner".

    C'est un monde (avec la musique par exemple) qui m'est vraiment totalement étranger.

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog