mercredi 3 octobre 2012

La Wii-U, première réplique sérieuse des géants du JV contre Apple

Hello,

J'ai publié un article sur la Wii-U et le positionnement des poids lourds du JV (je pense notamment à Ubisoft et EA) face à la menace hardware et software d'Apple.

L'article est ici :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/634961-la-console-wii-u-premiere-contre-attaque-des-geants-du-jeu-video-contre-apple.html

Mais comme vous êtes des lecteurs assidus de mon blogs (je publie ce post en toute discrétion), vous aurez droit à un petit bonus. L'article devait dévier ensuite sur le business de la soluce mais à juste titre les éditrices de l'article l'ont coupé.

Je trouve la coupe légitime mais si vous êtes intéressés par le monde du jeu vidéo, peut-être cette considération retiendra votre attention :

----------------------------------------------------------------------------------

[...]

Cette reconquête parallèle met en avant un business discret mais essentiel du jeu vidéo : celui de la soluce.

Le biz des faqs

Qui dit jeu vidéo dit solution, et l’histoire de la solution du jeu vidéo est une histoire de l’ombre absolument fascinante, qui aujourd’hui est un champ de bataille si capital que personne n’en parle.




Pour faire court, il y a trois phases historiques distinctes :

- Avant 1990, où les solutions étaient parfois intégrées au jeu mais pas systèmatiquement

- De 1990 à la popularisation d’internet, avec la montée de la presse spécialisée jeu vidéo qui commercialisait des revues entièrement dédiées aux solutions

- L’arrivée d’internet à  nos jours, qui facilite les échanges entre joueurs et l’apparition de sites spécialisés comme Gamefaqs qui centralisent des solutions parfaitement normalisées.


Si Gamefaqs et tout autre média publiant des solutions de jeu vidéo sont gratuits pour les lecteurs, ce contenu unique, souvent propriété exclusive du site l’hébergeant, draîne évidemment un flux d’internautes très intéressant pour les annonceurs. Comme au bon temps de la bible des pokes, le business de la soluce est florissant.

Cependant, avec la conquête du marché de l’assistanat du joueur par les éditeurs et constructeurs next-gen, cet aspect va changer du tout au tout : en gros, fini la bonne vieille soluce trouvée sur le net quand vous êtes bloqué, cela n’aura plus aucun sens, car le fait que vous soyez bloqué vous fera entrer dans un méta-jeu maîtrisé par les éditeurs.

Bien sûr, quelques esprits chagrins vont regretter ces petites solutions rédigées par des amateurs en quête de reconnaissance qui forment le gros de Gamefaqs - et leurs pittoresques paragraphes sur la biographie personnelle et leurs remerciements à leur famille...etc...



...mais cela va enrichir nos jeux d’une façon unique.


Les joies du méta jeu

Voici quelques axes rudimentaires de réflexion sur pourquoi il était temps et il est bien que les éditeurs prennent en main le marché de la solution - et laissent leurs livres en papier coûteux là où ils auraient du toujours être : au rayon artbooks.

1) La difficulté du jeu sera gérée à 100% et cette gestion permettra la création de communautés, qui auront coté éditeur un effet de levier marketing énorme et coté joueur une nouvelle de jeu unique. C’est le cas avec Dark Souls, jeu à la difficulté volontairement poussée qui a permis la création de communautés et de wiki dédiés au jeu - et la découverte des secrets du jeu ailleurs que dans le jeu proprement dit a contribué au succès global du projet.




2) Les solutions seront parfaitement maîtrisées. Rien ne vaut l’information à la source n’est ce pas ? Quand on parle de “maîtrisées”, cela va plus loin qu’un texte exhaustif. Aujourd’hui, les solutions figurent dans un texte linéaire. Si vous avez un regard un peu agile, vous allez hélas vous gâcher la surprise de la suite. Dans les années 80s, les solutions étaient intégrées dans le jeu, elles fonctionnaient par maïeutique : le programme, au lieu de vous dire “utilisez la clef bleue donnée par Jim sur la porte” vous disait “Êtes vous allé voir Jim ?” puis “Il ne vous a rien donné ?”...etc...le plaisir de jeu n’en sera que plus grand.



(Cette technologie perdue s’appelait l’Invisiclue)


3) Et si la solution devenait un jeu en soi ? Dans les mains non plus de rédacteurs amateurs mais de professionnels du jeu, on a tout lieu de penser que ce support deviendra ludique, interactif, et surtout permettra une mise en abyme de la condition de joueur.

Dans tous les cas, les développements théoriques entrepris pour la prochaine génération de consoles semblent aller dans un sens très propice à la maturation et à l’approfondissement de la dimension de l’objet jeu vidéo. Et pour ceux qui, simplement, aiment jouer, l’avenir est de toute évidence plein de promesses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de lire mon blog