mardi 4 décembre 2012

J'ai écrit à Ikea pour leur proposer des plaques de cuisson avec programmes

Des plaques de cuisson avec des programmes comme sur les machines à laver, pourquoi pas ?

J'ai écrit à Ikea pour le leur suggérer :

Bonjour,

Je voulais vous proposer un concept que je n'ai vu sur aucune cuisine jusqu'alors,
qui permet de procéder sur des plaques de cuisson standard à des économies
d'énergie non négligeables.

(note : cela ne concerne évidemment pas les plaques à induction ni le gaz)

Lorsqu'on utilise une plaque de cuisson classique pour chauffer un litre d'eau,
les étapes sont les suivantes :

1) on met l'eau dans une casserole sur la plaque de cuisson
2) on constate son ébullition
3) on éteint la plaque de cuisson

Cependant il y a une forte déperdition en énergie dans l'opération car à aucun
moment on ne prend en compte l'inertie thermique de la plaque de cuisson.

Autrement dit la plaque reste "chaude" et continue de disperser son énergie
pendant quelques minutes, chauffant la cuisine mais ce n'est pas le but.

Le principe en l'état est d'ailleurs peu écologique. 

Quelques personnes économes ont la présence d'esprit de couper légèrement
avant mais cela requiert un timing particulier (et la connaissance de ce phénomène
d'inertie thermique).

Les aliments étant essentiellement composés d'eau il suffirait d'établir des "programmes
de cuisson" associés à la capacité du contenant - semblables aux programmes électroniques
et mécaniques des machines à laver - qui couperaient quelques minutes avant la mise
en ébullition les plaques de cuisson.

Ce principe peut-être parfaitement adapté de façon très fine aux bouilloires à eau.

Ce dispositif rejoint à peu près tous les points forts de l'image communicante
d'Ikea : traditionnel mais innovant, écologique et économique.

En vous remerciant de votre attention,

3 commentaires:

  1. tu devrais presque te faire payer pour des idées bien comme celles-là...

    RépondreSupprimer
  2. Sur le papier ça semble une bonne idée mais en pratique elle me semble difficile à appliquer. Tant qu'on cuit des pâtes ou du riz, ça peut aller, mais dans la cuisine en général on ne peut pas toujours peser ses ingrédients et savoir à l'avance combien de temps exactement il leur faudra pour cuire, surtout que ça ne dépennd pas que du poids mais aussi de la taille des morceaux. Beaucoup d'aliments demandent une surveillance constante pour une cuisson réussie, et ne peuvent pas être simplement programmés. Enfin, ça n'est pas adapté à toutes les cuisson mais c'est vrai qu'un minuteur très simple serait le bienvenue, a minima.
    On pourrait aussi imaginer un mécanisme de récupération de l'énergie résiduelle, une fois la plaque éteinte manuellement ?

    RépondreSupprimer
  3. Chers scientifiques, une mémé ordinaire utilise depuis toujours (enfin, depuis qu'on l'oblige à habiter dans des immeubles "sans gaz", soit une 10' d'années), l'inertie thermique de sa table de cuisson (merci pour le terme technique, je faisais jusqu'à présent de la prose sans le savoir). 1ère remarque : c'est très facile à comprendre empiriquement (il suffit d'avoir fait déborder deux ou trois trucs après avoir éteint, et s'être payé le nettoyage de la table après. Quand c'est de la confiture, ça ancre le concept dans la zone active du cerveau, croyez-moi). Le reste, tout aussi empirique, consiste à tester cette inertie avec plusieurs catégories d'aliments. A supposer que vous cuisiniez beaucoup (vu la balade que je viens de faire dans le blog, ça ne semble pas être votre loisir premier les gars), vous savez, après un ou deux mois d'utilisation de ce moyen de cuisson, à peu près tout sur les cuissons lentes. Exemple : pour un potage de légumes à partir de légumes frais dont certains à cuisson longue (carottes), ébullition 15' puis couverture de la casserole et cuisson lente ad libitum (on laisse redescendre la température sur place). Au lieu de 45' en cuisson constante. Oeufs mollets : 2' ébullition puis 2 à 3' plaque éteinte. Viande mijotée (bourguignon) : plusieurs lancements (2 à 3) à 20' en petite ébullition constante, puis laisser redescendre la température à couvert. Au lieu de 2 à 2,5 heures en cuisson constante. Avantage : tendreté, sauce à point, possibilité de faire cette cuisson en plusieurs fois, trankilou, lors de courts moments chez vous. Riz et pâtes : 1' d'ébullition puis plaque éteinte, couvercle assorti d'une serviette pliée (pour l'étanchéité) pendant 4' à 8' selon goût. Idem poisson.
    Résumé : belle réflexion, belle invention, mais à tout programmer/assister, on fait quoi du cerveau et des mains ?
    NB pour minuter j'utilise mon portable fonction chrono ou la fonction alerte.
    Bien inventé, Fibre, mais les mémés le font depuis longtemps, nani, nanère...
    PS je cuisine sur une table de cuisson 3 feux ikea premier prix.

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog