samedi 13 avril 2013

Nouvelles sur Twitter

Il y a deux ans, je publiais un soir par semaine une nouvelle sur Twitter.

L'exercice était intéressant, et j'avais une bonne plume à l'époque, mais les résultats trop confidentiels. Comme quoi le média change ! Il est probable qu'à terme les "Twitstories" de plus de deux tweets disparaissent.

Je suis en train d'effacer mes anciens tweets non performants, donc ces histoires mais pour la postérité, je les recopie ici :


En cette nuit de solitude et de lassitude émotive, j'aimerais vous raconter une histoire.

Ce n'est pas une très bonne histoire. Mais c'est la mienne. Et elle est pour vous.

C'est l'histoire d'un type un peu seul, appelons le FibreTigre, qui consacre beaucoup de temps à Twitter.

Il s'est fait des amis sur ce médium et les connaît bien - par l'écrit. Il savoure tout un spectre d'émotion grâce à leurs échanges de mots.

Mais, au fil de ses conversations, il remarque quelque chose d'étrange.

Il a l'impression que les phrases familières de ses amis sur Twitter prennent des tournures étranges. Il les note.

Il réalise que les altérations momentanées des tweets habituels de ses compagnons forment eux-mêmes de nouveaux tweets.

Des messages...

Il y avait donc en ces lieux numériques un fantôme qui errait et qui lui envoyait des mots que lui seul pouvait décoder.

De façon symétrique, il altéra ses propres messages et initia un dialogue.

Il fit la connaissance de cette inconnue élusive, car c'était une femme, à la poésie du verbe qui embrasait son coeur.

Cette personne habitat ses réflexions et hanta son esprit le jour comme la nuit. Elle était le ciseau du matériau de ses tweets.

Vint un jour où les messages reçus de cette amoureuse élusive s'étiolèrent, s'évanouirent, disparurent.

Notre héros en fut mortellement meurtri et redoubla dans sa communication à double langage, la capitonnant de passion.

Mais ces efforts furent vains. L'ombre s'était envolée, ainsi que son seul espoir de connaître le trésor d'un amour pur.

Ce que notre héros ne savait pas, c'est que son propre langage empreint de passion avait, de façon similaire, interpellé d'autres lecteurs.

Et ceux-ci virent dans les altérations de ses messages le nouveau reflet de l'ombre elusive.

En fait, ce que FibreTigre avait lu, il l'avait transmis, et d'autres après lui le transmirent également de façon identique.

L'ombre élusive qui se drapait d'amour et de passion passait ainsi d'hommes en hommes depuis la nuit des temps.

Depuis la nuit des temps, où elle était tombée de la lecture des étoiles à un moment où les hommes grognaient des idées primitives.

Et l'ombre elusive se transmis ainsi - un jour dans une belle chanson d'amour, un autre dans le détail subtil d'un profil féminin.

L'ombre élusive enflamma des millions de personnes dans des hymnes transcendants...

...ou fut oubliée des milliers d'années pour être redécouverte par des archéologues du langage.

Mais elle vécut de coeur en coeur jusqu'à ce que grâce à elle la passion des hommes les emmena sur d'autres mondes...

...soumettre les étoiles du cosmos où elle était née.

Car tel était le secret :

L'humanité, dans sa majesté dérisoire et ses émotions fragiles, n'était qu'un tweet désinvolte dans la conversation d'entités supérieures.

Fin de l'histoire. En espérant qu'elle vous ait plu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de lire mon blog