mercredi 20 novembre 2013

Un tour du monde à pied, vous pouvez maintenant le faire !

Bonjour !

J'ai la grande joie de vous partager une petite application web gratuite que j'ai créée et avec laquelle je prends beaucoup de plaisir.

Il s'agit de "Autour du monde !" http://fibretigre.com/run/




L'idée, c'est de compter vos pas, quand vous courez ou quand vous marchez, que ce soit pour le plaisir : jogging, entrainement, ou par nécessité, comme pour vous rendre au travail.

Ces kilomètres, relevés par Runkeeper, sont additionnés puis placés sur un parcours virtuel autour du monde.

Si depuis un mois, un an, ou dix ans, vous aviez marché droit devant vous au lieu de faire vos trajets quotidiens, où seriez-vous aujourd'hui ? 
Cette petite application vous le dit !

Tous les 5-10 kilomètres, on vous informe de l'étape à laquelle vous êtes avec une petite photo et éventuellement un lien qui vous informe du lieu dans lequel vous êtes.

Le trajet a été réalisé avec Google Maps option "piéton". C'est pour cela que pour certains endroits du parcours (en Autriche, par exemple), on suivra des chemins forestiers...parce qu'ils sont le plus court moyen d'aller à Istanbul !

Pour vous inscrire, rendez-vous ici : http://fibretigre.com/run/

Et suivez les instructions !


Historique de l'appli :

A l'origine, j'avais besoin de trouver un moyen de me motiver pour marcher. J'ai une maladie aux yeux qui fait que je dois prendre des médicaments qui diminuent ma capacité respiratoire et donc je dois travailler celle-ci. Autrefois j'avais un travail pile poil à 5km, ce qui faisait 10 km par jour, ce qui était parfait, mais maintenant je suis souvent à la maison.

Je me suis rappelé d'une anecdote concernant mon grand-père, qui était facteur et qui faisait ses tournées à vélo : lors de sa retraite, ses collègues avaient converti ses tournées en distance totale, et lui avaient dit qu'il avait fait deux fois le tour de la terre. Je me suis dit qu'on pourrait faire encore mieux aujourd'hui comme calcul, puisque Google Maps peut nous donner des itinéraires.

Alors j'ai codé d'abord une appli pour moi, mais quelques personnes de mon entourage m'ont demandé d'en faire une copie pour elles. Donc du coup, j'ai pensé que ce serait cool de tout centraliser dans une sorte de course virtuelle où n'importe qui aurait sa chance (sur 40 000 km...)

Pour certains beta testeurs, l'appli est une bonne motivation : une testeuse m'a écrit qu'on lui avait volé son smartphone, ce qui représentait un drame pour sa moyenne quotidienne qui allait baisser !

J'espère que dans tous les cas cela vous fera visiter des pays du monde - j'adore l'idée que l'on courre le matin autour de bâtiments gris alors que virtuellement nous sommes dans une forêt entourée de brouillard au milieu de l'Europe, sur un littoral asiatique, dans un désert australien ou américain...ou au coeur de la savane africaine !

lundi 18 novembre 2013

Les rencontres vidéo ludiques sur la narration dans les JV en 3 citations

"Le récit dans le jeu vidéo, c'est ce qu'on emmène avec soi quand on éteint le jeu vidéo."
--- Olivier Henriot, responsable scénarios Ubisoft

"La narration est essentiellement l'imbrication du level design et du gameplay."
--- Etienne Perrin, développeur indépendant

"Le Game Design est le travestissement de l'illusion du choix."
--- Olivier Mauco - chercheur et game designer

C'était jeudi dernier, les intervenants étaient :


C'était pas forcément pointu (l'organisateur a pris soin de demander s'il y avait des gens qui ne jouaient pas aux jeux vidéo, et il y en avait !) mais il y avait du débat. 

Quantic Dream était absent, peut-être (théorie perso) un peu échaudé par la verdeur de certains commentaires sur le thread facebook annonçant l'évènement et pourtant aucun mal n'a été dit des jeux vidéo lourdement narratifs.

Des horreurs ont été prononcées, je vous les rapporte pour mémoire mais je ne dirai pas qui a dit quoi : "le point'n'click est mort" (encore ! déjà qu'on le disait en 1998, alors que c'est une typologie de jeu parmi les plus vendues encore), "non il n'y avait pas de scoring dans les point'n'click" ou encore le provoquant "Tetris n'est pas un jeu vidéo, juste un passe-temps." qui a fait se lever la salle.

Il y a eu pas mal d'aspects non abordés, mais ce n'était pas une conférence, le concept étant que 80% du temps soit constitué de questions/réponses avec le public.

Je le dis en deux mots, ils ont énormément tourné autour d'un sujet non abordé, qui est l'appropriation de l'histoire par le joueur, à savoir "la part obscure de l'imagination" comme disait Kubrick : on vous donne des bouts d'histoire à la Twin Peaks (ou à la Dark Souls...) et votre cerveau connecte les bouts comme il veut, créant une histoire avec votre assaisonnement mental perso.

Ils n'ont pas parlé directement de ce paradoxe des jeux qui suscitent le plus de fanfics sur le web, à savoir les tacticals à la X-com et non les jeux sur-scénarisés comme GTA / AC, ces jeux (les tacticals) où au final les joueurs se créent "leur" histoire. 

Pas de question de fond du style "Le récit peut-il être un gameplay ? Peut-il être une source de monétisation ? Le récit est-il forcément une entrave au gameplay ? "

En revanche, une très belle intervention qui ne manque pas de me faire réfléchir depuis : à savoir que les interfaces sont aujourd'hui normalisées (HUD de FPS) ou aseptisées (Skyrim...) alors qu'elles devraient raconter l'histoire. Pour cette petite chose, je ne regrette pas d'être venu !

Voici un enregistrement audio de la séance :



Il y a eu une digression intéressante et paradoxale, sur le thème de la violence dans le JV.

Olivier Henriot, que l'on devine fortement armé de statistiques, a expliqué que le joueur moyen était un "bisounours". Confronté au choix du meurtre gratuit, il ne passe pas à l'acte. Le mythe du joueur qui passe ses journées à écraser des gens dans GTA5 pour voir serait donc infondé.

Il fait allusion au témoignage d'un soldat allemand chargé de mitrailler les soldats lors du débarquement. En mitrailler à la pelle de loin était une chose facile, mais il est arrivé un moment où un soldat américain s'est approché du bunker et il a du prendre un fusil et le tuer de cette façon - ce simple meurtre l'a traumatisé toute sa vie. De même, dans GTA4, on tue les gens à la pelle, mais nous avons le choix deux fois dans le jeu de mettre une balle dans la tête d'une personne à genoux, qui se rend, et les gens, pour la plupart, ne le font pas.

Cette discussion sur la violence a provoqué un consensus sur la scène controversée de la torture dans GTA5. Alors qu'elle a été très moyennement appréciée par les joueurs de ma connaissance (ainsi que par moi-même), ces intervenants sur la narration du JV l'ont appréciée car son caractère insoutenable et obligatoire suscitait une émotion.

Comme je ne m'exprime plus trop souvent sur le sujet des jeux vidéo, j'en profite pour partager avec vous deux éléments enrichissants :

- Un long article sur l'Open World, sur RageMag : http://ragemag.fr/borner-open-world-notre-manifeste-reconstruire-espace-jeu-video-50424/

- Une conférence bien charpentée sur le Free to Play par J. Blow : http://www.youtube.com/watch?v=AxFzf6yIfcc

dimanche 17 novembre 2013

Plus marrant que le code civil : découvrez le Moyen Show, de Simon et Azimuth

Hello,

J'ai été invité à participer dans le Moyen Show, une émission assez incroyable car elle condense de façon complètement inopinée des tas de gens très lol : dans la vidéo ci-dessous, vous verrez Adrien Menielle (AK), Navo, un duo de jeunes humoristes, et en guests discrets Yacine Belhousse et Ariel Wizman...

J'ignore si vous rirez, mais moi j'avais les larmes aux yeux (de rire, hein) à la faire !



L'émission est enregistrée dans les conditions du direct, avec mini coupures pour essentiellement des raisons de batterie caméra !

La bonne humeur était tellement présente qu'après l'émission, nous sommes restés ensemble encore 3h à discuter !

Bon visionnage !

jeudi 14 novembre 2013

Studio404 number 11, c'est ici et ce n'est pas #old !

Le nouveau Studio404 tout chaud est sorti, j'espère que je n'y dis pas trop de bêtises, mais je ne promets rien !

4 super sujets :

Daz va parler des jeux vidéo dont l'industrie repose sur des suites (Fifa 14...)
Melissa va nous parler du OLD
Sylvain évoque avec des arguments sociologiques le selfie
Et enfin je vous parlerai du téléchargement fitness !





Comme d'habitude, je vous donne ma chronique en entier que je n'ai pas pu dire car nous avions un timing ultra serré de 2 minutes par chronique !


Le Ramadan du Téléchargement, le Carême du Modem

Attention, je vais faire ma voix off spéciale magazine de la santé

Le syndrôme de Diogène ou Syllogomanie est un trouble du comportement qui se caractérise, entre autres, par le fait d’accumuler dans sa maison des objets, jusqu’à en faire des piles immenses et représenter 70% du volume de sa maison.

Et nous avons tous été, à un moment de notre vie numérique, syllogomanes, puisque nous avons tous téléchargé plus et bien plus qu’on ne pouvait consommer par la suite.

Des MP3 et des films par milliers (450 000 films encore toujours téléchargés par jour en France), stockés sur nos disques pour “plus tard”, vous savez ces fameux dossiers “A voir” qu’on a sur le bureau, “plus tard” donc, ce moment qui ne vient jamais, car il y a de nouveaux films, ou de nouveaux jeux. Steam ! Steam qui nous fait acheter à - 75% des jeux d’il y a 5 ans que vous ne lancerez JAMAIS ! (de 50% à 70% de jeux Steam jamais joués parmi ceux achetés !) Mini enquête sur la page 404 de Facebook : nos auditeurs en moyenne n’ont pas joué une seule seconde à la moitié des jeux achetés.

Souvenez-vous, la rue Montgallet, ces vendeurs qui fourguaient des PILES DE DVD VIERGES DE DEUX METRES par containers !

Objectivement c’est de la FOLIE, nous sommes dans un trouble pathologique.

Mais, tout n’est pas perdu, car les mentalités changent.

D’une part on ne consomme plus tout à fait pareil. On fait appel au streaming et moins au stockage. C’est le fameux “à la demande” que nous vendait IBM il y a 10 ans dans une pub marrante et où on y comprenait rien. On le fait parce qu’aujourd’hui c’est plus simple, parfois c’est plus immédiat, et ce n’est pas du peer to peer, donc pas sanctionné par Hadopi.

C’est vrai pour les films, mais surtout pour les MP3, aujourd’hui c’est ringard de stocker des MP3 on passe par des solutions streaming comme Spotify ou Deezer, solutions qui en plus de fonctionner permettent un catalogue immense contrairement à votre playlist locale.

Par ailleurs les vitesses de téléchargement sont telles aujourd’hui qu’un download n’est plus une entreprise de trois jours - la différence avec le streaming est faible. Donc, on y pense moins.

Et les jeunes générations fonctionnent ainsi. Nous sommes dans une génération de flux et plus de données, nous sommes dans du Snapchat de film et de son, où tout s’envole après utilisation.

Face à ce succès, nous remettons en cause nos stratégies de stockage et on arrive à changer. Pourquoi ? Avant quand vous aviez votre PC avec votre fat connection fibrée de malade, vous alliez pas au mac do avec les potes sans lancer votre petit download de film pour “plus tard”. Aujourd’hui, vous vous en moquez parce que au pire, si vous le voulez vraiment, ce film, et ben il sera là, à votre disposition, quand vous le voudrez.

Mais il reste encore une derniere chose dans cette folie de la sauvegarde et là, je parle à Lâm. Lâm qui aime la photographie et qui comme vous, a entassé des teraoctets de photos en ultra haute résolution en stock. Pour qui, pour quoi ? Plus le temps passe, plus les tera octets s’accumulent et moins chaque photo a de chance d’être vue ou travaillée un jour. Un jour viendra où rien de tout cela n’aura la moindre chance d’être réexploité !

Notre conseil fitness octet, soyez des Jean Pierre Coffe du download, téléchargez moins (légalement ou non, ca vous regarde) mais téléchargez mieux !

Bonne écoute !