dimanche 11 octobre 2015

Sigma Theory, la guerre froide du futur, prochain jeu de Mi-Clos Studio

La guerre est économique avant tout.
On ne fait pas de frappes chirurgicales pour faire moins de morts, on fait des frappes chirurgicales pour utiliser moins de bombes.

TL;DR

- Mi-Clos Studio fait un nouveau jeu : The Sigma Theory
- Je suis à nouveau associé et j'assure Game Design et contenu textuel
- C'est un jeu narratif / stratégie qui traite de la guerre froide du futur
- Présentation : http://sigmatheorygame.com/
- Facebook : https://www.facebook.com/sigmatheory et Twitter : https://twitter.com/sigmatheory

Trailer



Historique

Une semaine avant la sortie d'Out There, nous « pressentions » que nous allions rentrer dans nos frais eu égard au bon retour de la presse UK et US.

Michael m'a alors demandé de réfléchir à « un jeu tour par tour narratif, ambiance espionnage, qui exploite le succès de mon expérience de serious game « Crise au Quai d'Orsay » et qui rappelle Homeland ou House of Cards ». Petit twist, il souhaite également qu'il y ait un lien, même vague, avec Out There.

Je suis parti sur une première idée de Civilization où l'enjeu ne serait pas de conquérir des cités mais de voler de l'élément Omega. J'ai un présenté un prototype qui rappelait la phase stratégique de Rocket Ranger de Cinemaware. Michael n'a pas aimé le concept car il voulait que tous les interlocuteurs du jeu aient une personalité très forte - et dans RR, on dirige un pool d'agents anonymes.

J'ai donc  ajusté le tir en imaginant un jeu qui tourne autour de 50 personnalités qui endosseraient des rôles différents d'une partie à l'autre, un Jagged Alliance de la diplomatie.

De Mai 2014 à Mai 2015 je me suis plongé dans la rédaction d'un immense corpus de règles pour produire un jeu dont le gameplay « raconte l'histoire » des intrigues politiques.

J'ai abondamment lu la littérature et regardé des films d'espionnage...j'ai également un ami haut gradé militaire qui a pu me guider sur la réalité du monde du renseignement.

Là encore, Michael a guidé en tache de fond mon travail d'écriture, il souhaitait que je parle de technologies disruptives, de drones (j'avais un excellent gameplay satellites, dommage !). Il m'a également dit que le héros principal ne devait pas avoir d'enfant dans sa vision.

En Mai 2015 nous sommes partis à Budapest, ville des espions, où pendant trois jours, document par document, nous avons épluché mon travail. Faut-il gamifier les « interrogations » (=torture) ? Le héros pourrait-il être une femme ? Dans quelle mesure pouvons nous parler de sexualité ? Est-il pertinent de rendre jouables des pays comme l'Inde (4e puissance militaire mondiale) ou la Corée du Sud (9e puissance militaire mondiale) ? Faut-il citer nommément Al Qaida ou Daesh ?



Mais au bout de trois jours et après beaucoup de vespers, Michael m'a dit : c'est bon, on va le faire !

Il a réuni une core team qui a produit un prototype que nous avons présenté à EGX, ainsi qu'un trailer. Nous pensons sortir le jeu courant 2016.




De quoi ça parle ?

« Sigma », c'est la singularité technologique, ce moment où le progrès technologique devient autonome et dépasse les capacités d'assimilation de la culture humaine.

Dans un futur proche, des scientifiques ont découvert une nouvelle méthode de travail permettant de contourner n'importe quel problème technique. Du jour au lendemain, des miracles comme l'abolition du système financier, l'immortalité, l'intelligence animale ou artificielle deviennent des réalités.

Le joueur incarne un diplomate d'exception qui va tenter d'être toujours « légèrement » en avance sur les autres puissances qui feront tout pour s'emparer de ces technologies.

Dans ce ballet chaotique se joignent des organisations terroristes internationales (Daesh), locales (Corée du Nord), des groupes d'influence (le Vatican), votre hiérarchie qui ne comprend pas les enjeux (vous connaissez les politiques...) et même votre femme, ministre de l'énergie, qui ne sera pas la dernière à vous solliciter pour des problèmes personnels ou professionnels.



Le joueur doit recruter une équipe de 4 agents parmi 50 profils. Les 46 autres travailleront pour l'ennemi. En plus de capturer des scientifiques / hacker des bases de données, il peut conclure des traités de coopération où tenir ses promesses est une option, et bien sûr appliquer des technologies disruptives bouleversantes comme « preuve de la non existence de dieu » ou «robots géants ».

Il y a aussi plein d'aventures à choix comme dans Out There, mais cette fois ci localisées par pays et relative à votre team. Parce que négocier avec des russes, c'est pas tout à fait pareil qu'avec des français...


Si vous avez toujours rêvé de mentir à un président en lui faisant signer un traité bidon pendant que vos agents enlèvent un scientifique dans ce même pays, si « interroger » à coup de marteau ledit scientifique avant de partir en week end à Venise avec votre femme est votre style de vie, vous pouvez réserver votre copie ici : http://sigmatheorygame.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de lire mon blog