mardi 17 décembre 2013

Studio404 #12, spéciale Noël, une émission dans la bonne humeur pour finir l'année

Studio404 #12 spéciale Noël est sortie, et elle s'est faite dans une bonne humeur collégiale très agréable, avec un Lâm en impro totale qui était hyper à l'aise.

C'est ici :


Les sujets :

Melissa va traiter un marronier éternel, celui de : faut-il faire ses courses IRL ou en ligne (France2 en parlait hier...)

Daz va parler du rêve Cdiscount, à savoir, le Noel sur internet, ce serait pas tout le temps et pas juste à noel ?

Sylvain va poser la question de savoir si les marques sont trop cools !

Et je vous parlerai des noels / jour de l'an solitaires, mais pas vraiment, car on est jamais seuls sur internet.

2014 commence et je vous promets d'excellentes surprises concernant le projet 404.

Inférieur à 3 Number 3, c'est ici et maintenant !

Hier soir vous avez pu écouter en direct <3, mais comme ça passe assez tard, voici un lien pour l'écouter en décalé :

http://radio01.net/InferieurATrois/3/


Avec Michel Pimpant, j'y parle de :
- jeux disparus (ou ont-ils jamais existé ?)
- haters des boites canadiennes et de Dan Houser
- Michel nous fait une rétrospective sur l'hystérie collective des lancements de consoles

...et je vous parle, pas trop en bien, des moddeurs.

Je défends, parfois avec mauvaise foi, l'idée qu'il faille jouer aux jeux sur leurs versions et supports d'origine pour obtenir l'expérience de jeu parfaite.

Qu'en pensez-vous ?


jeudi 12 décembre 2013

7 secondes de sursis - un mini point'n'click à l'ambiance sombre par Aseyn et FibreTigre

Chose promise chose due, vous avez été nombreux à suivre Aseyn suite à mon petit appel, et celui-ci a plus qu'honoré sa part du contrat puisqu'il a complètement refait tous les écrans pour faire quelque chose de splendide !


Comme c'est un jeu qui dure une seule minute, vous en dire un peu c'est déjà en dire trop, donc rendez-vous simplement ici pour y jouer :


Amusez-vous bien !

vendredi 6 décembre 2013

Un mini-jeu d'aventure inédit en pixel art pour 0 € et un petit clic, ça vous dit ?

J'avais commencé à faire un mini jeu d'aventure avec Aseyn (dessinateur du Ruban Bleu).

Mais voilà il a beaucoup de travail à coté (des jolies choses que j'espère vous montrer bientôt) et on a avancé tout doucement...j'en ai reparlé récemment à Aseyn qui est débordé de travail.

Il me manquait quelques écrans pour le finir et Aseyn m'a dit :

"Si tu arrives à me faire avoir 1000 followers sur Twitter, 24h après mon 1000e follower, tu auras TOUS les écrans qu'il te manque !"

Alors, si vous voulez jouer gratuitement à ce mini jeu, il vous suffit de cliquer sur ce lien :

https://twitter.com/aseyn

Et de cliquer sur "Suivre".

(Je publierai le jeu fait le mardi qui suit la livraison des écrans).

(maintenant, une fois le jeu fait, si vous voulez l'unfollow, vous pouvez héhé).

Le jeu s'appelle "7 secondes de sursis".
Il dure 1 minute.
C'est un jeu qui ressemble à un point'n'click.

Et voici quelques écrans :





Bon j'espère qu'on y arrivera, parce que j'aimerais bien que vous puissiez jouer à ce petit jeu !

mardi 3 décembre 2013

Les pré-commandes d'Out There sont ouvertes !

Sur Android, tout du moins.

Après 11 mois de développement, nous ouvrons les pré-commandes pour Out There !

Le jeu est quasiment terminé.

Avec cette précommande, vous aurez accès à :

- le jeu en version Android dès sa sortie (bientôt)

- l'accès garanti à la beta publique (bientôt). Cette beta couvre 20% du jeu final mais bien entendu sera limitée en terme de gameplay et de scénario pour vous laisser l'entière surprise du jeu final.

- la bande son complète de Siddhartha Barnhomm, auteur des musiques d'Antichamber et de The Stanley Parable. Cette bande son sera dispo dans 2 jours.




Out There est devenu très cool ces derniers mois !

On peut désormais piloter des vaisseaux très variés, et suivant ce qu'il y aura dans votre vaisseau, les aventures auront des embranchements supplémentaires.

On pourra aussi faire des choses uniques comme transformer des étoiles en trous noirs (brrr) pour éradiquer toute vie dans un système, et des trous noirs en trous de vers, pour avoir vos propres portes des étoiles !

Pourquoi vous battre avec des lasers quand vous pouvez redessiner la carte des étoiles ?

Serez vous un Messie bienveillant, créateur de portes cosmiques et qui terraforme les planètes pour leur apporter la vie, ou un Dieu de la Mort, ensemençant la galaxie de trous noirs et pillant les mondes habités ?

Rendez-vous pour cette belle (et difficile, vous êtes prévenus) aventure en tout début 2014 !



mercredi 20 novembre 2013

Un tour du monde à pied, vous pouvez maintenant le faire !

Bonjour !

J'ai la grande joie de vous partager une petite application web gratuite que j'ai créée et avec laquelle je prends beaucoup de plaisir.

Il s'agit de "Autour du monde !" http://fibretigre.com/run/




L'idée, c'est de compter vos pas, quand vous courez ou quand vous marchez, que ce soit pour le plaisir : jogging, entrainement, ou par nécessité, comme pour vous rendre au travail.

Ces kilomètres, relevés par Runkeeper, sont additionnés puis placés sur un parcours virtuel autour du monde.

Si depuis un mois, un an, ou dix ans, vous aviez marché droit devant vous au lieu de faire vos trajets quotidiens, où seriez-vous aujourd'hui ? 
Cette petite application vous le dit !

Tous les 5-10 kilomètres, on vous informe de l'étape à laquelle vous êtes avec une petite photo et éventuellement un lien qui vous informe du lieu dans lequel vous êtes.

Le trajet a été réalisé avec Google Maps option "piéton". C'est pour cela que pour certains endroits du parcours (en Autriche, par exemple), on suivra des chemins forestiers...parce qu'ils sont le plus court moyen d'aller à Istanbul !

Pour vous inscrire, rendez-vous ici : http://fibretigre.com/run/

Et suivez les instructions !


Historique de l'appli :

A l'origine, j'avais besoin de trouver un moyen de me motiver pour marcher. J'ai une maladie aux yeux qui fait que je dois prendre des médicaments qui diminuent ma capacité respiratoire et donc je dois travailler celle-ci. Autrefois j'avais un travail pile poil à 5km, ce qui faisait 10 km par jour, ce qui était parfait, mais maintenant je suis souvent à la maison.

Je me suis rappelé d'une anecdote concernant mon grand-père, qui était facteur et qui faisait ses tournées à vélo : lors de sa retraite, ses collègues avaient converti ses tournées en distance totale, et lui avaient dit qu'il avait fait deux fois le tour de la terre. Je me suis dit qu'on pourrait faire encore mieux aujourd'hui comme calcul, puisque Google Maps peut nous donner des itinéraires.

Alors j'ai codé d'abord une appli pour moi, mais quelques personnes de mon entourage m'ont demandé d'en faire une copie pour elles. Donc du coup, j'ai pensé que ce serait cool de tout centraliser dans une sorte de course virtuelle où n'importe qui aurait sa chance (sur 40 000 km...)

Pour certains beta testeurs, l'appli est une bonne motivation : une testeuse m'a écrit qu'on lui avait volé son smartphone, ce qui représentait un drame pour sa moyenne quotidienne qui allait baisser !

J'espère que dans tous les cas cela vous fera visiter des pays du monde - j'adore l'idée que l'on courre le matin autour de bâtiments gris alors que virtuellement nous sommes dans une forêt entourée de brouillard au milieu de l'Europe, sur un littoral asiatique, dans un désert australien ou américain...ou au coeur de la savane africaine !

lundi 18 novembre 2013

Les rencontres vidéo ludiques sur la narration dans les JV en 3 citations

"Le récit dans le jeu vidéo, c'est ce qu'on emmène avec soi quand on éteint le jeu vidéo."
--- Olivier Henriot, responsable scénarios Ubisoft

"La narration est essentiellement l'imbrication du level design et du gameplay."
--- Etienne Perrin, développeur indépendant

"Le Game Design est le travestissement de l'illusion du choix."
--- Olivier Mauco - chercheur et game designer

C'était jeudi dernier, les intervenants étaient :


C'était pas forcément pointu (l'organisateur a pris soin de demander s'il y avait des gens qui ne jouaient pas aux jeux vidéo, et il y en avait !) mais il y avait du débat. 

Quantic Dream était absent, peut-être (théorie perso) un peu échaudé par la verdeur de certains commentaires sur le thread facebook annonçant l'évènement et pourtant aucun mal n'a été dit des jeux vidéo lourdement narratifs.

Des horreurs ont été prononcées, je vous les rapporte pour mémoire mais je ne dirai pas qui a dit quoi : "le point'n'click est mort" (encore ! déjà qu'on le disait en 1998, alors que c'est une typologie de jeu parmi les plus vendues encore), "non il n'y avait pas de scoring dans les point'n'click" ou encore le provoquant "Tetris n'est pas un jeu vidéo, juste un passe-temps." qui a fait se lever la salle.

Il y a eu pas mal d'aspects non abordés, mais ce n'était pas une conférence, le concept étant que 80% du temps soit constitué de questions/réponses avec le public.

Je le dis en deux mots, ils ont énormément tourné autour d'un sujet non abordé, qui est l'appropriation de l'histoire par le joueur, à savoir "la part obscure de l'imagination" comme disait Kubrick : on vous donne des bouts d'histoire à la Twin Peaks (ou à la Dark Souls...) et votre cerveau connecte les bouts comme il veut, créant une histoire avec votre assaisonnement mental perso.

Ils n'ont pas parlé directement de ce paradoxe des jeux qui suscitent le plus de fanfics sur le web, à savoir les tacticals à la X-com et non les jeux sur-scénarisés comme GTA / AC, ces jeux (les tacticals) où au final les joueurs se créent "leur" histoire. 

Pas de question de fond du style "Le récit peut-il être un gameplay ? Peut-il être une source de monétisation ? Le récit est-il forcément une entrave au gameplay ? "

En revanche, une très belle intervention qui ne manque pas de me faire réfléchir depuis : à savoir que les interfaces sont aujourd'hui normalisées (HUD de FPS) ou aseptisées (Skyrim...) alors qu'elles devraient raconter l'histoire. Pour cette petite chose, je ne regrette pas d'être venu !

Voici un enregistrement audio de la séance :



Il y a eu une digression intéressante et paradoxale, sur le thème de la violence dans le JV.

Olivier Henriot, que l'on devine fortement armé de statistiques, a expliqué que le joueur moyen était un "bisounours". Confronté au choix du meurtre gratuit, il ne passe pas à l'acte. Le mythe du joueur qui passe ses journées à écraser des gens dans GTA5 pour voir serait donc infondé.

Il fait allusion au témoignage d'un soldat allemand chargé de mitrailler les soldats lors du débarquement. En mitrailler à la pelle de loin était une chose facile, mais il est arrivé un moment où un soldat américain s'est approché du bunker et il a du prendre un fusil et le tuer de cette façon - ce simple meurtre l'a traumatisé toute sa vie. De même, dans GTA4, on tue les gens à la pelle, mais nous avons le choix deux fois dans le jeu de mettre une balle dans la tête d'une personne à genoux, qui se rend, et les gens, pour la plupart, ne le font pas.

Cette discussion sur la violence a provoqué un consensus sur la scène controversée de la torture dans GTA5. Alors qu'elle a été très moyennement appréciée par les joueurs de ma connaissance (ainsi que par moi-même), ces intervenants sur la narration du JV l'ont appréciée car son caractère insoutenable et obligatoire suscitait une émotion.

Comme je ne m'exprime plus trop souvent sur le sujet des jeux vidéo, j'en profite pour partager avec vous deux éléments enrichissants :

- Un long article sur l'Open World, sur RageMag : http://ragemag.fr/borner-open-world-notre-manifeste-reconstruire-espace-jeu-video-50424/

- Une conférence bien charpentée sur le Free to Play par J. Blow : http://www.youtube.com/watch?v=AxFzf6yIfcc

dimanche 17 novembre 2013

Plus marrant que le code civil : découvrez le Moyen Show, de Simon et Azimuth

Hello,

J'ai été invité à participer dans le Moyen Show, une émission assez incroyable car elle condense de façon complètement inopinée des tas de gens très lol : dans la vidéo ci-dessous, vous verrez Adrien Menielle (AK), Navo, un duo de jeunes humoristes, et en guests discrets Yacine Belhousse et Ariel Wizman...

J'ignore si vous rirez, mais moi j'avais les larmes aux yeux (de rire, hein) à la faire !



L'émission est enregistrée dans les conditions du direct, avec mini coupures pour essentiellement des raisons de batterie caméra !

La bonne humeur était tellement présente qu'après l'émission, nous sommes restés ensemble encore 3h à discuter !

Bon visionnage !

jeudi 14 novembre 2013

Studio404 number 11, c'est ici et ce n'est pas #old !

Le nouveau Studio404 tout chaud est sorti, j'espère que je n'y dis pas trop de bêtises, mais je ne promets rien !

4 super sujets :

Daz va parler des jeux vidéo dont l'industrie repose sur des suites (Fifa 14...)
Melissa va nous parler du OLD
Sylvain évoque avec des arguments sociologiques le selfie
Et enfin je vous parlerai du téléchargement fitness !





Comme d'habitude, je vous donne ma chronique en entier que je n'ai pas pu dire car nous avions un timing ultra serré de 2 minutes par chronique !


Le Ramadan du Téléchargement, le Carême du Modem

Attention, je vais faire ma voix off spéciale magazine de la santé

Le syndrôme de Diogène ou Syllogomanie est un trouble du comportement qui se caractérise, entre autres, par le fait d’accumuler dans sa maison des objets, jusqu’à en faire des piles immenses et représenter 70% du volume de sa maison.

Et nous avons tous été, à un moment de notre vie numérique, syllogomanes, puisque nous avons tous téléchargé plus et bien plus qu’on ne pouvait consommer par la suite.

Des MP3 et des films par milliers (450 000 films encore toujours téléchargés par jour en France), stockés sur nos disques pour “plus tard”, vous savez ces fameux dossiers “A voir” qu’on a sur le bureau, “plus tard” donc, ce moment qui ne vient jamais, car il y a de nouveaux films, ou de nouveaux jeux. Steam ! Steam qui nous fait acheter à - 75% des jeux d’il y a 5 ans que vous ne lancerez JAMAIS ! (de 50% à 70% de jeux Steam jamais joués parmi ceux achetés !) Mini enquête sur la page 404 de Facebook : nos auditeurs en moyenne n’ont pas joué une seule seconde à la moitié des jeux achetés.

Souvenez-vous, la rue Montgallet, ces vendeurs qui fourguaient des PILES DE DVD VIERGES DE DEUX METRES par containers !

Objectivement c’est de la FOLIE, nous sommes dans un trouble pathologique.

Mais, tout n’est pas perdu, car les mentalités changent.

D’une part on ne consomme plus tout à fait pareil. On fait appel au streaming et moins au stockage. C’est le fameux “à la demande” que nous vendait IBM il y a 10 ans dans une pub marrante et où on y comprenait rien. On le fait parce qu’aujourd’hui c’est plus simple, parfois c’est plus immédiat, et ce n’est pas du peer to peer, donc pas sanctionné par Hadopi.

C’est vrai pour les films, mais surtout pour les MP3, aujourd’hui c’est ringard de stocker des MP3 on passe par des solutions streaming comme Spotify ou Deezer, solutions qui en plus de fonctionner permettent un catalogue immense contrairement à votre playlist locale.

Par ailleurs les vitesses de téléchargement sont telles aujourd’hui qu’un download n’est plus une entreprise de trois jours - la différence avec le streaming est faible. Donc, on y pense moins.

Et les jeunes générations fonctionnent ainsi. Nous sommes dans une génération de flux et plus de données, nous sommes dans du Snapchat de film et de son, où tout s’envole après utilisation.

Face à ce succès, nous remettons en cause nos stratégies de stockage et on arrive à changer. Pourquoi ? Avant quand vous aviez votre PC avec votre fat connection fibrée de malade, vous alliez pas au mac do avec les potes sans lancer votre petit download de film pour “plus tard”. Aujourd’hui, vous vous en moquez parce que au pire, si vous le voulez vraiment, ce film, et ben il sera là, à votre disposition, quand vous le voudrez.

Mais il reste encore une derniere chose dans cette folie de la sauvegarde et là, je parle à Lâm. Lâm qui aime la photographie et qui comme vous, a entassé des teraoctets de photos en ultra haute résolution en stock. Pour qui, pour quoi ? Plus le temps passe, plus les tera octets s’accumulent et moins chaque photo a de chance d’être vue ou travaillée un jour. Un jour viendra où rien de tout cela n’aura la moindre chance d’être réexploité !

Notre conseil fitness octet, soyez des Jean Pierre Coffe du download, téléchargez moins (légalement ou non, ca vous regarde) mais téléchargez mieux !

Bonne écoute !

mardi 22 octobre 2013

Vous avez aimé Gravity ? Vous aimerez Out There !

La Hard SF n'est pas ultra populaire dans le cinéma. Apollo 13 et consorts, c'est plutôt du genre historique, et 2001 l'odyssée de l'espace est un peu mystique. Mission to Mars est un bon exemple, même si bah, le film aurait pu être mieux !

Gravity joue sur le réalisme et comme je l'ai tweeté hier, il suffit souvent d'ouvrir un livre de science pour nous faire rêver.




Comme vous le savez, je travaille - disons, je finalise au sein du studio Mi Clos un petit jeu d'exploration spatiale nommé Out There. 

L'Artwork fondamental d'Out There ressemble beaucoup à l'affiche de Gravity, mais le nôtre est déjà officialisé depuis Janvier dernier :)


Je me suis battu pour que nous fassions un jeu qui tende le plus possible vers la Hard SF. L'espace dans Out There est un endroit hostile. On ne combat pas les aliens avec des lasers (il n'y a pas de combat), et de toute façon un bon gros astéroïde dans un vaisseau fera toujours plus mal qu'un laser concentré.
J'ai du faire des concessions pour raconter une histoire plus en raccord avec notre pitch "galactique". Le voyage interplanétaire devient possible par le glissement dans des poches d'univers temporaires. 

On peut accomplir dans Out There des prodiges fantastiques, mais toujours "possibles" d'un point de vue scientifique. On peut vieillir des étoiles en trous noirs en augmentant localement leur masse, ou terraformer des planètes. On rencontrera des planètes solitaires, sans système, ou même, au détour d'une aventure, le Flot Sombre ou de la matière noire. On y rencontrera ces mystérieux "Kügelblitz", des trous noirs faits d'énergie, et des singularités nues.

A vrai dire, l'une des trames principales de l'histoire (il y en a 3) repose sur des problématiques galactiques scientifiques liées à la mort thermique de l'univers.

La question de la vie et de la mort est également posée. Si nos cerveaux qui produisent un champ électromagnétique  et nos mouvements, qui perturbent le champ gravitationnel, et nos actes qui perturbent peut-être un champ "entropique", vont dans toutes les directions à tout moment, ne vivons nous pas tous éternellement à dériver ainsi dans les étoiles, même longtemps après notre mort ?

Tout cela nous mène très loin de l'odyssée orbitale de Gravity mais ces éléments titanesques ne sont que l'arrière plan fugace du quotidien du héros et du joueur. La plupart du temps c'est : un équipement tombe en panne, ou : j'ai un trou dans la coque, que faire ? Je suis allé récupérer un objet à l'extérieur, aurais-je assez d'oxygène ? Je n'ai pas de quoi réparer ma foreuse, j'essaie de forer jusqu'à quelle profondeur ?

Out There sort 'bientôt' (laissez-nous le bien beta-tester !) pour un prix tout petit (dans les standards de l'app store).

Cependant je le présenterai ce vendredi aux EIGD lors de Pitch My Game qui nous a invité pour l'occasion, à 15h. C'est au Nouveau Théâtre de Montreuil et je serai ravi de vous y voir pour répondre à vos questions.

Je parlerai notamment de son ADN qui reprend des principes de Gameplay tirés de Elite, L'Arche du Captain Blood, Dune et Oregon Trail.

Si vous ne l'avez pas vu, voici un trailer montrant du Gameplay :




mardi 15 octobre 2013

Inférieur à 3 # 2

C'est assez long, ça manque encore de punch, j'y dis plein de bêtises, mais je pense que c'est une émission relativement unique dans le paysage des critiques et des dialogues autour des jeux vidéo, de part la diversité de ses thèmes (ici, le multijoueur aimable) et certains moments assez uniques, notamment quand Michel Pimpant déclame un poème de Baudelaire en lien avec Mirror's Edge.



C'est ici, bonne écoute : http://radio01.net/InferieurATrois/2



jeudi 10 octobre 2013

Studio404, spéciale ados

Et voilà, c'est notre nouvelle émission thématique spéciale ados.

Il y a tant à dire, et en plus beaucoup de positif.

Alors pour faire court je vais dire un vieux truc de vieux : les vieux disent que la jeunesse, c'est la vie, c'est la lumière, et donc oui, les jeunes sur les réseaux sociaux en sont la vie. Ils sont passionnés, positifs, monolithiques, ils avancent sans regarder ni devant ni derrière !



Au sommaire de ce Studio 404, 4 chroniques :

Sylvain va nous parler de pourquoi les ados sont actuellement étudiés par les pros de la com pour leur capacité innée à la fédération de public

Melissa va nous parler de ces ados qui deviennent millionnaires et changent le monde parce qu'ils savent coder et comprennent les enjeux d'internet

Je vais vous parler de pourquoi le web nous change et nous fait redevenir ados !

Enfin Daz, dans une chronique très savoureuse, vous expliquera le PEGI 50, c'est à dire en renversant le code : ce ne sont plus les parents qui veulent protéger les enfants des dangers d'internet, mais l'inverse.

Bonne écoute, et à bientôt...peut-être en public ! (teasing)

mardi 17 septembre 2013

Gagnez une impression signée du Ruban Bleu ! Concours "jeu des sept erreurs"

Pour le Festiblog, où Aseyn dessinera pour vous à l'envi des Ruban Bleu, nous vous proposons un jeu concours plutôt ardu.

Vous aimez le challenge ?

Vous aimez les cadeaux super classe ?

Vous avez des yeux de lynx ?

Alors préparez vous pour un "jeu des sept erreurs infernal" que vous retrouverez ici :

http://lerubanbleu.com/jeux/index.php




<3

Cela s'appelle <3 (prononcer "inférieur à trois") c'est ENCORE un projet avec Michel Pimpant (bientôt le PACS) et nous faisons nos débuts en co-chroniqueurs d'une émission plutôt cool sur les jeux vidéo, mais pas forcément d'actualité.

L'humour dans les jeux vidéo, c'est important ? Les jeux japonais ont-ils des scénarios débiles ?

Ces sujets et d'autres sont évoqués et animés par Alvin, mixés par Aspic, et ambiancés par DJPie (quel cast de fou !!)

C'était hier soir en direct et là vous me dites bouuuh mais alors que faire vu que tu écris ton article le lendemain, et bien, réjouissez-vous, car l'émission est en téléchargement !

Télécharger et écouter


samedi 14 septembre 2013

Crise au quai d'Orsay ! - Un serious game pour défricher la situation en Syrie


Hello,

J'ai le plaisir de vous présenter "Crise au Quai d'Orsay", un petit serious game que j'ai codé pour aider un néophyte a mieux faire connaissance avec la crise syrienne actuelle.



Quelle est la différence entre Les Frères Musulmans et le Hamas ?
Quelle est la position de la Russie par rapport à l'Iran, et de ces deux puissances par rapport à la Turquie ?
Pourquoi parle-t-on de l'Egypte dans le cadre de la crise Syrienne ?
Pourquoi est-il important pour l'Allemagne que la France ait de bonnes relations avec les Pays du Golfe ?


Aujourd'hui, ces questions pourront vous sembler hermétiques, mais peut-être après avoir fait une partie, vous aurez quelques éléments de compréhension, même si des éléments empruntés à l'actualité, comme les armes chimiques ou les bases russes en Syrie, restent au moment de la publication de ce jeu, des hypothèses.


S'il est serious, et basé sur des équilibres et des relations réalistes, ce jeu reste un jeu. Ainsi, vous pouvez en deux mois finir prix nobel de la paix, ou au contraire rendre le gouvernement si impopulaire que les français iront dans les rues.


Cependant, en vertu du respect de l'équilibre des relations, c'est a priori un jeu impossible à gagner...


Pokez moi sur Twitter si le jeu vous plaît, cela me fera plaisir.

Amusez-vous bien.

Ps : le jeu a été inspiré par ce visuel publié dans le Gardian et abondamment diffusé sur internet :


Je me suis dit, ben c'est bien expliqué, alors je vais faire un schéma relationnel pour établir les forces en puissances et voir comment régler le truc ! Mais voilà, on aboutit à des contradictions (un exemple simple est que les USA soutiennent Israël ET les frères musulmans contre Sisi mais que les frères musulmans soutiennent le Hamas qui est contre Israël. Donc les USA soutiennent et à la fois sont contre indirectement Israël !). De là est né cette idée de jeu.

Ce jeu a été codé en une semaine, en marge de mes autres projets. Il est la démonstration tel que dit dans le dernier 404 que quand on peut coder, on passe de l'idée au produit fini en quelques heures.

mardi 10 septembre 2013

50 nuances de style - rions un peu avec Queneau

Difficile de travailler dans la fiction interactive sans rencontrer Queneau, l'un des fondateurs du genre (Cortazar l'ayant précédé de quelques années).


L'une des oeuvres les plus adaptées et connues de Queneau est sans doute son fameux Exercices de Style, dans lequel l'auteur décline de 99 façons une scène de vie relativement ordinaire.

Avec Michel_Pimpant, nous avons tenté de ressusciter l'exercice via un tumblr qui prendrait en compte l'évolution numérique de la façon d'écrire.

Dans la queue d'un cinéma, un ado prend en photo le leggins léopard de sa voisine de devant et le diffuse sur Twitter. Un camarade le retrouve grâce à la photo, au grand courroux de la personne photographiée.

C'est cette scène que nous allons vous présenter 99 fois à grand coups de Yolo, retweets, discours ampoulé de téléachat ou tirades passionnées de chroniqueurs M6.

Cela se passe ici : http://50nuancesdestyle.tumblr.com/

Bonne lecture

*Michel_Pimpant est l'auteur de plein de choses, notamment "Les Boloss des Belles Lettres" en collaboration avec Quentin (Valtudinaire sur Twitter). Il est surtout le Clark Kent d'innombrables comptes chatoyants sur Twitter - vous en suivez au moins un. J'ai souvent l'habitude de faire cette plaisanterie : "Sur Twitter, 5% des comptes sont des bots, et 7% des comptes sont des alias de Michel_Pimpant."

jeudi 5 septembre 2013

L'amour et le sexe dans 100 ans, c'est dans la nouvelle Action / Vérité


“L’homosexualité des représentants politiques, économiques et culturels du monde occidental a été interprétée très tôt comme une marque de faiblesse. Mais quand la Chine a compris que l’homosexualité, la transexualité et la culture du genre ne tuaient personne et résolvaient beaucoup de problèmes - notamment leur proverbiale surpopulation -, c’est deux milliards de personnes qui s’y sont lancées de façon monolithique. Quand nos hommes, nos femmes et nos trans sont devenus beaux comme des dieux androgynes, c’est tout le tiers monde, captant nos émissions et surfant sur nos réseaux, qui a voulu nous imiter.”

Si vous avez aimé Vie Numérique et Nombres Premiers SAS, voici une nouvelle "nouvelle" intitulée

Action Vérité

Et disponible ici : http://fibretigre.com/av/

C'est une fiction d'anticipation sociale centrée notamment sur l'amour et la sexualité.

Nous voilà projetés quelques dizaines d'années dans le futur, dans un monde quasiment identique au nôtre technologiquement, mais où les droits LGBT sont universels. Le modèle LGBT est devenu la norme. Par exemple l'église catholique ordonne des femmes prêtres et cardinales - la prochaine "papesse" pressentie est une transexuelle. 

Les femmes sont surprotégées. Tout "contact" avec un homme peut être interprété au bon vouloir de la femme comme une agression à caractère sexuel et entraîne une sanction de prison ferme suite à un procès réduit au rang de formalité.

En dépit de cette évolution vers un modèle de liberté féminine, les industries cosmétiques y sont surpuissantes puisqu'elles ont doublé leur marché en conquérant celui des hommes qui se sont émancipés sur le plan de la mode. Les rapports à la prostitution, à la sexualité, au couple et à l'enfant sont transformés. 

L'homme hétérosexuel mâle est une minorité, voire une rareté. 

Mais s'agit-il d'une utopie ou d'une dystopie ?

Et bien, tout dépend de celui qui la regarde...

J'espère que cette histoire vous fera rire et réfléchir. 


Beaucoup d'éléments qui sont là pour dépeindre ce monde imaginé trouvent leur fondement dans des réalités du monde d'aujourd'hui : la mode des "herbivores" au Japon, le fait que des amis coréens se tiennent par la main dans la rue, et même, cette été, alors que j'avais bouclé ma nouvelle, le fait que notre pape appelle à la tolérance vis-à-vis des gays !

Je sais que les questions de sexualité et des rapports hommes / femmes sont des sujets sensibles et je n'ai pas voulu écrire quelque chose sans finesse pour attirer l'attention par provocation. A vrai dire, j'ai pris le temps de tester cette nouvelle auprès de quelques lecteurs de tout genre et j'en ai eu des échos plutôt positifs. 

C'est grâce à leurs encouragements, et peut-être les vôtres après votre lecture, que vous lisez aujourd'hui  et lirez demain encore de nouvelles histoires.

Bonne lecture.

mercredi 4 septembre 2013

Studio404 Number Nine, on y parle vacances et rentrée, et je vous invite à apprendre à coder

Hello à tous,

Il est beau et tout chaud, c'est le très attendu Studio404, sur le thème de la rentrée et des vacances.


Pour vous récompenser de lire ce blog, je vous fournis une petite news insider : la chronique de Sylvain était initialement "Instagram et la Carte Postale", mais il a trouvé que le thème plus large "Internet et la Carte Postale" était plus inspirant (en fait il s'est trompé).

Du coup, on était un peu surpris (on lit les chroniques des autres et on prépare nos argumentaires).

Je ne vais pas vous réécrire ma chronique, par contre je voulais donner deux éléments d'information complémentaire sur le sujet, d'abord la vidéo de code.org (feat Bill Gates & Will I Am) :



Et ensuite pour illustrer le fait "quand on sait coder on est libre, on a une idée on la code", j'annonce avec un peu d'avance que j'ai eu une idée pour faire un mini "serious game" sur la situation actuelle en Syrie et que vous pourrez y jouer semaine prochaine !

Last but not least, nous avions, pour les vacances, évoqué tout plein de chroniques et nous avons du sélectionner. Voici rapidement les chroniques non retenues et pourtant intéressantes :

- La 3G, nouveau territoire colonial.

Sur l'exemple Tibet / Népal qui n'est pas couvert par la 3G sauf sur le fameux "chemin de l'Everest", est ce que la 3G n'est pas le marqueur de passage du monde occidental ? Avec étude sur les pays qui ont la 3G (tout le Maghreb sauf l'Algérie par ex), les pays qui passent bientôt à la 4G...etc...

- Instagram en été, look at me

Sur le constat que quand on envoie une carte postale, on pense à l'autre, mais quand on prend une photo instagram on pense à SOI.

Bonne écoute !

vendredi 23 août 2013

Elle revient - et l'apocalypse tombera sur Paris !


Préparez-vous, car le 26 août c'est le grand retour du Ruban Bleu, avec, comme toujours, une publication quotidienne, mais pas seulement ! 

Aseyn s'est vraiment donné pour le retour de notre héroïne et afin de détailler l'action, vous aurez parfois droit à plusieurs strips par jour (certains jours, pas tous les jours, hein).

Vous aurez même droit à de grands illustrations pleines pages ! 

C'est aussi l'arrivée d'une nouvelle couleur : le rouge.



Des réunions familiales sont prévues, et nous apprendrons le vrai prénom du Ruban Bleu !


Notre héroine rencontrera sa Némésis  dans la relation trouble de dépendance et d'identité qu'il existe entre deux antagonistes déterminés et puissants.



Vous découvrirez quelques aspects de la dynastie du Ruban Bleu et ferez pour la première fois connaissance avec l'Art Wau, un art martial scientifique, qui brise toute matière par les fréquences de résonance et les équilibres de cisaillement adaptés !



Nous repartons donc pour une publication de plus d'un mois qui prendra fin au moment du Festiblog pour lequel nous avons prévu un concours adjoint de chouettes cadeaux (en plus d'un dessin du Ruban Bleu que pourra vous faire Aseyn !). Je vous en dis plus rapidement.

Ce sera la fin de la première partie. La deuxième partie qui reprendra un peu plus tard, le temps qu'Aseyn souffle un peu, sera de même taille que la première partie et proposera une fin définitive à la légende du Ruban Bleu. 

Donc, dès lundi :

1) Vous pouvez aller ici : http://lerubanbleu.com/
2) Ou suivre notre compte twitter @lerubanbleu

jeudi 22 août 2013

Out There, jeu d'exploration et d'aventure dans l'espace : avancement et mise à jour

Bonjour à tous,

Vous savez peut-être que je développe, avec Mi-Clos, un jeu d'aventure intitulé Out There.

Out There est actuellement présenté aux journalistes et éditeurs à Gamescom, mais pour ceux qui n'y sont pas, voici quelques informations sur ce que vous auriez pu voir.

1) Un nouveau trailer :


Il y a plusieurs choses cools dans ce trailer.

D'abord vous pouvez voir un petit bout de la carte Galactique. Certains joueurs ont pensé en la voyant que c'était un jeu 4X (voire d'un jeu d'action), mais non il s'agit d'un jeu d'exploration et vous pouvez aller et venir entre les systèmes (la planification d'un parcours devient, en fin de jeu, quelque chose de crucial).

Ensuite vous pouvez voir la carte du système. Nous avons des planètes mystérieuses, des soleils colorés, et même des bases spatiales dérivantes.

Vous verrez brièvement un système de construction de modules technologiques.
En gros au début vous avez un vaisseau plutôt normal, terrien, avec ce qu'on peut imaginer dans un vaisseau construit dans 100 ans chez nous : réacteur, module cryogénique....

Et puis vous découvrirez et comprendrez de nouvelles technologies extra-terrestres. Vous devrez trouver des composants idoines pour les construire (par exemple du thorium pour tout ce qui est réacteur, du silicium ou de l'or dès qu'il y a de l'électronique...) et de l'espace, le vaisseau est exigu.

Il n'est pas dit toutefois que vous restiez dans le même vaisseau tout le long de l'aventure...

Enfin, vous avez un petit aperçu rapide du "dialogue" avec un premier peuple extra-terrestre. Nos aliens sont très alien, ils ne fonctionnent pas avec des systèmes humains comme l'argent, l'achat, l'échange, le pardon, la revanche...mais en plus des relations bizarres que vous pourrez avoir avec eux, au début de la partie, vous ne pourrez même pas comprendre les mots qu'ils vous disent.

Il faudra donc apprendre à parler alien (le but étant qu'à la fin vous "pensiez" avec les mots alien). Oubliez aussi votre carnet de notes et votre soluce, le dictionnaire alien est randomisé au début de chaque partie.


2) La musique

La musique très cool de Out There (et du trailer ci-dessus) est réalisée par Siddhartha Barnhoorn.

Outre le fait qu'il porte le même prénom qu'un Bouddha célèbre, il est le talentueux réalisateur de plusieurs musiques de films et de l'environnement sonore du jeu "Antichamber", bardé de prix. C'est en visualisant le trailer du jeu, puis les previews, qu'il a manifesté son souhait de nous rejoindre.

Je trouve sa musique vraiment agréable à écouter et parfaitement raccord avec le jeu. Nous avons beaucoup de chance d'avoir fait cette rencontre.


3) Le jeu en quelques screenshots

Désolé, je ne peux vous montrer que nos screenshots officiels :

Voici le vaisseau de départ.

Les amateurs de SF apprécieront la référence qui se trouve dans le nom du vaisseau et comprendront peut-être mieux l'esprit du jeu. Comme vous pouvez le voir, le stock de matières premières est traité de la même façon que les équipements, ce qui oblige à manager l'espace quand on veut upgrader le vaisseau, ou au contraire entamer un voyage d'endurance sur plusieurs systèmes.



Voici la carte des étoiles.

Cette carte est bien entendu randomisée à chaque partie. L'éloignement relatif des étoiles augmente très sensiblement suivant la progression du jeu vous obligeant à trouver des solutions techniques pour voyager plus loin.

Dans ce screenshot, le héros dispose d'un télescope ce qui lui permet de voir à distance la nature de l'étoile.

C'est important car si vous tombez sur une naine jaune (comme notre soleil), vous avez plus de chances de trouver une planète avec de la vie que sur une étoile à neutrons. Et si vous tombez sur un trou noir...vous avez intérêt à être préparé ! Si le joueur avait un équipement spécial appelé interféromètre il pourrait en plus savoir les planètes orbitant autour de l'étoile.
Comme je l'ai souvent dit, la planification est très importante !



Houuu....nous voilà à l'intérieur d'une mystérieuse station spatiale abandonnée (il ne s'agit pas d'une cutscène, c'est un élément randomisé de votre parcours).


Voici un plan de la carte d'un système solaire, une géante rouge autour de laquelle gravitent deux planètes rocheuses et une gazeuse. Comme le dirait Emmett Brown "Vous allez me dire, ok, ce n'est pas à l'échelle" mais une carte 2D à l'échelle serait injouable.


4) Encore une invitation !

Notre jeu avait déjà été invité à figurer dans Rezzed, Leftfield Collection, suite à une sélection de Rock, Paper, Shotgun en tant que "jeu indépendant prometteur" (nous étions seulement 4 dans la catégorie mobile / tablette).

Nous voilà à nouveaux invités à Londres pour la Eurogamer Expo !

Vous pourrez donc en Septembre jouer à l'ultime démo du jeu avant sa sortie.


5) Ben justement, c'est pour quand le jeu ?

Michael de Mi-Clos étant très perfectionniste, il va nous falloir terminer le jeu et longuement le tester pour vous apporter le jeu le plus amusant possible.

Il sortira en 2013 (et pas le 31 décembre !).

A ce jour le très gros du travail a été fait en terme de moteur et le jeu commence à avoir un équilibre très intéressant entre tension de la survie et curiosité de l'exploration.

Il y a beaucoup d'éléments de gameplay que vous ne verrez nulle part ailleurs dans ce type de jeu - à commencer par le fait qu'il n'y a pas d'action et encore moins de combat. Vous allez pouvoir faire des choses étonnantes à l'échelle planétaire et stellaire. De façon assez intéressante, beaucoup de mécaniques du jeu sont au service de l'histoire principale.

Il y a aussi des "variables invisibles" et de "règles cachées" que vous apprendrez à apprendre au long de vos parties.

Enfin, le jeu est "aléatoire maîtrisé", c'est à dire que vous ne pourrez pas commencer une partie en vous disant "mon but c'est de construire telle technologie d'abord, puis de faire cela...", on vous distribue au long de vos parties des atouts différents et c'est à vous d'improviser et de choisir au mieux. Ainsi, certaines parties seront effectivement plus difficiles que d'autres, mais les habitués des roguelike savent que ce n'est pas avec les parties les plus simples qu'on arrive simplement à la fin !

Nous faisons de notre mieux pour que vous puissiez jouer à un beau jeu, qui vous fasse rêver, qui vous parle intelligemment du cosmos et de la place de l'homme dans la galaxie, qui vous fasse rire parfois et qui vous donne de bonnes raisons le soir d'aller parfois observer, la nuit, les étoiles.


6) Revue de presse Gamescom

Oua, la Gamescom n'est pas terminée et on en parle :

http://toucharcade.com/2013/08/20/a-new-out-there-trailer-blasts-off-from-gamescom/ (Wow !)
http://pockettactics.com/2013/08/20/all-alone-out-there-gameplay-trailer/ (Thanks a lot !)
http://www.supergamedroid.com/2013/08/20/mi-clos-studio-releases-an-out-there-gameplay-trailer/ (Thanks !)
http://www.jeuxvideopc.com/news/35963-gc13-out-there-devoile-video.php (Merci !)

http://www.pocketgamer.fr/news/7721-gc13-out-there-un-ftl-sur-ios-et-android.html (non ce n'est pas un FTL !!)
http://www.gry-online.pl/gol_video.asp?ID=24733 (dziękuję polskich przyjaciół !)
http://gvnapp.vn/tin-tuc-mobile/2013/08/21/mi-clos-studio-tung-trailer-gameplay-out-there (cảm ơn bạn bè !)
http://www.pocketgamer.co.uk/r/iPhone/Out+There/news.asp?c=53190 (No ! It's not a FTL like  !)

http://app-s.ru/news/out_there_v_glubinakh_kholodnogo_kosmosa/2013-08-20-4558 (спасибо друзьям !)
http://www.supergamedroid.com/2013/08/20/mi-clos-studio-releases-an-out-there-gameplay-trailer/

http://gamesaku.com/out-there-petualangan-bertahan-hidup-jauh-di-luar-angkasa/ (terima kasih teman-teman !)
http://gameviews.org/?p=375
http://indius.org/out-there-se-montre-un-peu-plus/ (Merci Indius !)
http://www.jeuxvideo.fr/jeux/out-there/video/video-quelques-phases-de-gameplay-gc-2013-437662.html (Cool !)
http://www.playitlive.fr/2012/12/out-there-le-nouveau-mi-clos-studio-devoile-en-video/ (Merci !)
http://www.gamesidestory.com/2013/08/19/out-there-devoile-un-peu-de-gameplay-en-video/ (Super !)
http://www.androidshock.com/news/explore-mi-clos-studios-out-there-in-its-latest-gamescom-trailer/ (Yes !)

http://www.spaceanomaly.com/out-there-en-image-et-musique-pour-la-gamescom-2013/ (Chouette !)
http://www.scoop.it/t/ios-games-by-kitchenslinger/p/4006384418/a-new-out-there-trailer-blasts-off-from-gamescom (grazie amici !)

http://www.news4press.com/Frankreich---Partnerland-der-Gamescom-20_757925.html (Danke !)
http://www.journaldugamer.com/2013/08/25/reportage-gamescom-2013-journal-du-gamer/ (Merci le JDG !)
http://www.touchandplay.ru/news/v_treylere_simulyatora_out_there_pokazali_puteshestviya_v_kosmose-39336/ (<3 )
http://www.ipadblogs.nl/gamescom-2013-nieuwe-trailer-briljante-ipad-ruimte-game-out-there/ (Neat)
http://technodaily.ru/?p=16816 (Thank you Russia)
http://www.indielocus.com/2013/08/indies-en-la-gamescom.html?m=1 (gracia !)

dimanche 11 août 2013

Chroniques Internet Studio404 et + Obs : Le FibreTigre Summer Mix

Hello,

J'ai rédigé quelques chroniques cet été que vous trouverez sur la page FB de Studio 404 :

https://www.facebook.com/studio404podcast?ref=hl

J'en ai profité pour mêler des sujets qui me tiennent à coeur (kickstarter, l'empreinte électromagnétique...) mais qui ne sont pas ordinairement très intéressants (ou du moins qui n'intéressent pas trop les supports !)

Voilà les sujets :

Kickstarter 1 (ce sera le feuilleton fleuve de l'été !)
Le 3 Juillet 2013


Bonjour,

C'est FibreTigre qui parle. 

Donc on est tous là à se branler gentiment sur kickstarter, et Tim Shafer créateur de bons jeux mais hélas de moins en moins bons au fil du temps, pond un kickstarter avec Ron Gilbert.

Ils demandent 400 000 $ pour faire un putain de jeu d'aventure et vraisemblablement ils ont besoin de construire une fusée spatiale ou une aciérie pour aligner les lignes de code.

Ils réunissent 3 millions de $ en crowdfunding.

Hectolitres de sperme dans tous les sens, fanboys idiots qui participent joyeusement à la love money party en rêvant d'un psychonauts 2 ou d'un monkey island revival, et surtout escrocs kickstarteriens qui se disent donnay moi de la monnay aussi.

Après quelques mois / années de rien sinon un trailer moche comme la homepage de cdiscount, Tim Shafer, à l'aise dans ses baskets, se fend d'un communiqué geignard disant qu'il va manquer d'argent pour finir son jeu.

J'espère que vous saurez tirer les leçons de cette triste histoire.


Vérité et Mensonges sur les réseaux
24 juillet 2013

Il est impossible de contredire une information numérique en temps réel.

Effectivement, si je vous dis quelque chose, non seulement aucune contradiction pertinente et documentée peut-être élevée immédiatement, mais de toute façon, cette contradiction même non fondée sera moins rapide que les retweets / partages et sa propagation virale.

Enfin, même si une contradiction étayée arrive, qui nous dit que cette contradiction est aussi vraie et vérifiable ? 

A ce constat il faut néanmoins opposer deux éléments.

Tout d'abord, la vérité absolue n'intéresse personne. La vérité ne provoque pas la réflexion ni le travail critique de l'esprit, elle est subie comme une photographie neutre ou une loi.

La vérité n'intéresse que les philosophes. 

En revanche, une information fébrile permet d'exercer l'esprit critique et même plus : chacun peut apporter sa pierre et donc donner sa part d'immortalité dans l'information qui ainsi se propage. L'information non exacte devient alors un jeu social massif où les gens conquiert leur part d'existence en s'échangeant des mots plutôt que des coups.

Deuxième point, la facilité de produire une information totalement fausse lui retire toute valeur. De plus, n'étant pas inscrite dans un contexte de vérité, elle meurt après une demi-journée d'existence, ce qui correspond au cycle de vie maximum d'un buzz d'actualité actuellement. Ainsi, paradoxalement, une information totalement fausse n'arrive pas à survivre par rapport à une information ou apparaîtrait un petit éclat de vérité. 

C'était FibreTigre, en direct de ses vacances.


Internet et Orientations Technologiques
25 Juillet 2013


On dit parfois que les nouvelles technologies emprisonnent l'homme, mais on pourrait dire aussi : emprisonnent-elles l'humanité, au sens biologique ?

Depuis les années 60 nous avons essayé d'envoyer des hommes dans l'espace. D'abord la Lune, et, dans les années 1980, on pensait à Mars. 

Mais l'internet est arrivé, et au lieu de regarder les étoiles, nous nous sommes regardés nous-mêmes (ce qui est bon également !). 

Aujourd'hui, les projets spatiaux n'existent que par leur existence sur Facebook / Twitter / Tumblr. On est curieux de curiosity parce que la science valorise notre persona numérique, parce qu'on est épatés qu'un robot sur une autre planète nous tweete, mais pas parce que le futur est dans les étoiles.

Parce que l'enjeu économique et social, n'est plus dans les étoiles, il est dans les liens que tissent les réseaux sociaux et numériques. C'est là qu'on innove. 

Peut-être ce n'est qu'un passage, et que dans 30 ans l'homme posera le pied sur Mars. Mais peut-être l'humanité trouvera sa finalité dans ses échanges culturels internes, s'adaptera à la Terre, réduira sa population, et prospérera sur son unique caillou dans l'espace. 

Peut-être aussi que la mixité, voire l’homogénéisation culturelle due aux réseaux sociaux est une étape importante et prioritaire de la maturation de l'humanité avant que nous ayons l'arrogance de coloniser de nouveaux mondes. 

Peut-être, face à l'hostilité tapie dans le secret du cosmos, c'est une étape indispensable qui permet d'unir une race qui finalement n'a fait que se quereller tout au long de son histoire.

C'était FibreTigre, qui s'ennuie en vacances.


Kickstarter 2
27 Juillet 2013


C'est FibreTigre.

Le + obs a refusé que je fasse le sujet. 
La rédaction de 404 a refusé que j'en parle.
Et pourtant, chaque jour, Kickstarter fait des millions de victimes.
J'en a déjà parlé ici, mais voilà un nouvel évènement éloquent :

Un projet a été kickstarté à 120 K$, et l'équipe a tout dilapidé sans rien produire.
Le système, que l'on croyait protégé, en Amérique, par la Class Action, trouve ici ses limites : une class action contre qui, et pour récupérer quoi ?

Le Crowdfunding est juste le démon de l'arnaque dans de nouveaux habits blancs. Ne vous laissez pas prendre.

http://www.gizmodo.fr/2013/07/26/kickstarter-fail.html


L'Empreinte Electromagnetique
le 28 Juillet 2


NABILLA ET L'EMPREINTE ELECTROMAGNETIQUE
aka l'héritage de l'humanité
aka nous sommes le beauf relou dans la discothèque de l'univers

Alors Nicolas Hulot il fait ouin ouin vous utilisez des hélicoptères pensez à l'empreinte carbone, et bien moi, FibreTigre, 

--> J'ACCUSE <---

vous tous de polluer l'image de l'humanité avec votre comportement irresponsable.

Passer à la télévision ou à la radio (sur internet, vous pouvez encore faire tout ce que vous voulez), c'est une RESPONSABILITÉ.

Et ce n'est pas une responsabilité vis à vis de vous même ou des autres humains, mais une responsabilité vis à vis des intelligences lointaines qui captent, de la même façon que la lumière de notre soleil, vos débats sans fin, sans fond, sans fard.

A chaque bêtise que vous proférez pour acquérir vos 15 minutes de gloire, votre idiotie se fait l'ambassadrice, à 300 000 km/s, dans toutes les directions, de l'humanité. 

On peut se faire l'avocat du diable, et dire que finalement, ces clichés médiatiques pris malgré nous sont la photo la plus spontanée, et donc fidèle, de notre culture. Mais non, la fidélité n'est pas la spontanéité, et la fidélité, notre reflet, n'est pas l'idéal vers lequel nous tendons face aux questions métaphysiques.

Nous serons fatalement jugés sur ce théâtre dérisoire. Est-ce le message que nous voulons envoyer ? 

Laissez-moi vous poser une simple question : si demain nous captions un message d'une entité extraterrestre, et que ce message soit de l'ordre de "En septembre hihihi la bio de Nabilla", que penseriez-vous de ces aliens ? 
Ce serait un vrai drame, car au lieu de trouver l'élévation, nous trouverions l’abîme, car au lieu, enfin, de trouver l'altérité qui fasse évoluer l'humanité nous nous retrouverions, désespérement SEULS.

Car quel intérêt de les comprendre ? En ce monde, il vaut mieux être seul que mal accompagné !

Voilà "l'empreinte électromagnétique" que chaque jour nos médias irresponsables tissent dans l'univers. 

Dans un gros tas de déchets, il y a parfois, tel le diamant perdu dans la strate de charbon, une once d'amour ou d'humanité, mais si faible qu'elle apparaîtra anormale. 

Aux générations futures des médias qui en prendront le contrôle, soyez conscient de votre responsabilité.



Étymologie du mot "Worm" (j'ai beaucoup lu de CyberPunk cet été !)
31 Juillet 2013


L'étymologie SF du jour : Worm.

Vous savez tous que "Cyberspace" est un mot inventé par Gibson.

Mais beaucoup d'autres mots propres au monde de l'informatique viennent du folklore post 1950 SF (et américain).

Ainsi, Worm est le nom d'un programme qu'utilise le héros de Sur l'Onde de Choc (The Shockwave Rider) de Brunner.

Sur l'Onde de Choc, publié en 1975, présente bien des concepts de l'informatique moderne, avec le concept de réseau, base de données mondiales, et de ...Wikileaks.

Le héros pianote sur des téléphones à touches des symphonies programmées comme un Mozart moderne, créant des "virus" (le terme virus n'est pas employé) appelés Worm (car ils sont modulables par segments, comme les anneaux d'un ver) et décide que les gouvernements n'ont pas à garder leurs secrets informatiques et les dévoile à tout le monde.

Le Neuromancien (1984) et Sur L'Onde de Choc (1975) ne sont toutefois pas les précurseurs du Cyberpunk. 

Les historiens font remonter le genre à...1956, avec l'incroyable chef d'oeuvre, Terminus les Etoiles.


Vers une société de Flux, donc de choix
Le 2 août 2013


VERS UNE SOCIÉTÉ DE FLUX, DE CHOIX, DONC D'EMBARRAS
aka la société culturelle sans cesse errante

En 2011, internet a produit du néant 2 milliers de milliards d'octets, c'est à dire plus d'informations que l'ensemble des informations produites jusqu'alors.

En 2012, en six mois, ont été produits le double de la quantité produite en 2011. 

Les instituts alors prévoyaient que la quantité d'info produite allait doubler tous les deux ans. 2013 a montré que ce serait encore plus rapide.

Nous sommes dans une croissance exponentielle typique de l'Echiquier de Sissa (je vous laisse googler).

La conséquence n'est pas que nous ne pourrons pas prendre la mesure de toute cette production (ce n'est déjà plus le cas depuis le 17e siècle) mais que nous n'allons plus pouvoir la stocker.

Pour la première fois de l'histoire moderne, l'homme n'aura pas les moyens matériels de garder la trace de ses productions culturelles.

Cela implique qu'il va falloir CHOISIR ce qu'on voudra garder pour la postérité et ce qu'on voudra CONDAMNER A L'OUBLI. 

Et là j'ai une mauvaise nouvelle, car il y a quatre choix possibles :
- le choix raisonné, qui quantifie la valeur d'une production et de sa capacité à faire évoluer positivement la culture humaine
- le choix économique, les plus riches décideront ce qui est à conserver, nous serons dans une ploutocratie de la mémoire
- le choix démocratique, vers un futur de tabloids
- le choix "culturel".

Ce dernier choix implique qu'un élément culturel devrait être identifié, par son auteur, comme ponctuel (c'est le cas d'un happening par exemple). 

C'est le cas de Snapchat, qui sous ses airs de farce étudiante, pose la réelle question de l'identité culturelle mouvante qu'il y a en chaque homme : cet homme qui envoie un message maintenant, sera-t-il le même demain ? Celui de demain aurait-il approuvé ce message ?

Cette réflexion nous permet de comprendre que ce que nous identifions comme une catastrophe serait en fait une façon pour nous au contraire d'évoluer positivement vers un monde meilleur.

L'oubli est programmé dans le cerveau humain, il nous permet de voir le soleil après la pluie, la joie après le désespoir. L'humanité n'a pas forcément besoin de trainer avec elle un tombereau de violence et de médiocrité. Il s'agit ici de ne pas nier les faits ou les productions du passé, mais leur accorder leur mort naturelle.

Suite à mon pressing sur le crowdfunding, le + obs m'a relancé pour le sujet Kickstarter ♥. Je n'avais pas trop le temps, mais j'avais un plan déjà tout écrit depuis deux ans !

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/914320-kickstarter-ulule-co-avec-le-crowdfunding-le-pigeon-c-est-toujours-l-internaute.html

J'ai également figuré dans un interview sur les pseudos :

http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20130726.OBS1203/avoir-un-pseudo-sur-internet-sert-il-encore-a-quelque-chose.html


Mensonge et Attention-Whorisme
Le 6 août 2013


Un masque est tombé dans l'ambiance ouatée et discrète de Juillet, le blog "http://uncondamne.tumblr.com/", qui racontait sans aucune nuance de second degré, à la première personne, les derniers jours, jusqu'à la mort, d'un malade atteint du cancer, en direct, était un canular.

Le canular était évident dans le concept, puisque si demain on vous donne en gros un mois à vivre, vous risquez hélas d'y passer le lendemain, ou au contraire de vous battre encore six mois - et pas de tenir pile poil 30 jours. Par ailleurs, la mise en scène était grossière.

La première réflexion que l'on peut faire, c'est qu'il y a une différence essentielle entre cette démarche et le canular classique, par exemple "La Guerre des Mondes" d'Orwell à la radio. 

Cette différence est sur le plan de la forme : Orwell est le chat botté qui présente une histoire. L'auteur du blog du condamné parle de "son" histoire personnelle. Orwell crée un évènement ponctuel. L'auteur du blog capte une audience sur laquelle il peut capitaliser. Orwell est dans un exercice de fiction, l'autre est dans un exercice d'audience. 

Dans une période narcissique, que le canular 2.0 soit inscrit dans une démarche égocentrique est logique.

Le tumblr / blog mettait mal à l'aise beaucoup de personnes pour son identité morale discutable. Si c'était un faux, quelle était la démarche intellectuelle sinon une sorte de course à l'attention pathologique ?

Cependant, tant que l'anonymat de l'auteur du blog était préservé, il y avait cet infime espoir, cette infime possibilité que le tout ne soit pas un canular. Comme le chat mort et vivant dans la boite de Schrödinger fermée, cet infime espoir mélangé à la forte probabilité d'une fraude intellectuelle révoltante moralement rendait l'exercice supportable pour l'audience.

L'erreur stratégique de l'exercice a été de dévoiler la supercherie, et pire, que l'auteur révèle son identité et revendique l'écriture du blog. Tout d'un coup, la situation de malaise rentre dans une situation de décohérence et l'aspect attention whore est doublement souligné. 

Il y a toujours une part de nous qui se sent flouée à la révélation d'un canular. Mais quand il attire à soi l'attention à des fins narcissiques alors que de nombreuses personnes mourront aujourd'hui dans l'indifférence, nous tombons dans la catastrophe.

Une autre leçon que l'on peut tirer de cet épisode est que maintenir la confusion sur ses intentions permet parfois, sur le plan de la communication, de sauver les apparences d'une situation mal engagée.

Nous vous invitons à réécouter notre chronique sur "Les Attention Whores" dans Studio404 de mars :

https://soundcloud.com/studio404/studio404-mars2013-mars-google




L'éternelle question du piratage
Le 9 août 2013


Le 7 août, lors du point financier trimestriel, le patron de Time Warner a estimé que le piratage de la série "Game of Thrones" n'est pas une mauvaise chose.

(Game of Thrones est la série TV la plus piratée actuellement).

Le réalisateur de la série a même estimé qu'en terme de succès populaire, ce classement avait plus de valeur qu'un Emmy.

Il est intéressant de constater que le piratage mène, ultimement, à une transformation en achat par la suite. 

Dans les années 2000, Steve Ballmer avait déclaré que quitte à pirater un logiciel de traitement de texte, il valait mieux que les gens piratent Word.

Peut-on considérer qu'il existe une stratégie "marketing" du piratage ? Est-ce que le baladeur cassette a eu du succès parce qu'on pouvait se faire des compil ? Est ce que la DS a tout explosé parce qu'on pouvait pirater en masse les jeux ?

Voici mon point de vue (FibreTigre). On peut soit considérer que le piratage mène à un achat, ce que je trouve vraiment discutable, soit considérer que le piratage ne mène pas à un achat.
Dans ce deuxième cas, est-ce que les gens auraient acheté le produit s'ils n'avaient pas pu le pirater ? 

Dans un faible pourcentage, oui. Je le pense notamment dans certaines entreprises qui piratent des logiciels de conception 3d coûteux ou des licences Word.

Certains adversaires du piratage disent "le piratage fait augmenter les prix". C'est logique mais complètement faux dans la pratique. Le prix est bien entendu fixé par la loi de l'offre et de la demande, et si les gens acceptaient d'acheter, dans la médiane de leur cloche de gauss, des iPhones à 2999 €, c'est à ce prix qu'ils seraient vendus.

Il faut donc considérer la part du piratage comme un investissement en publicité. Ce qui sonne beaucoup mieux que "manque à gagner" lors d'un point financier trimestriel.


Anony-Pample-mousse
Le 11 août 2013


Bonjour,

Que vous inspirent les Anonymous ?

De l'admiration ? 
Un espoir de justice ? 
De liberté ? 
Une puissance nouvelle ?

Les hackers, petits génies de l'informatique, sont longtemps restés dans l'ombre. Ils avaient, pour des raisons légales, et astucieusement pour des raisons d'image, gardé le plus grand secret sur leurs activités.

Et puis un jour a émergé l'iconographie "anonymous", la puissance des gens anonymes mais connectés, enfin pas tellement anonymes puisqu'on les remarque bien : ils arborent le masque du héros ténébreux de V pour Vendetta.

V pour Vendetta tient un discours politique à mon sens stupide : il dit "on peut tuer les hommes mais pas les idées".

Vous en parlerez aux grands défenseurs des idées telles que :
- La terre est plate
- Si vous mangez des carottes vous deviendrez une carotte
ou encore :
- C'était mieux avant

Le fait est qu'on peut tuer les hommes, les idées, on peut même effacer l'histoire (malheur aux vaincus) et un jour il ne restera rien de nous.

Il dit également qu'Anonymous, l'ardent défenseur de la liberté, est votre voisin. C'est un nivellement de compétence par le bas : le hacker d'autrefois était l'élite, aujourd'hui c'est potentiellement n'importe qui.

Et bien entendu, cela arrange le n'importe qui voudrait être enfin quelqu'un.

Le slogan de l'Anonymous est "We Are Legion", ce qui est gênant à plusieurs titres. Déjà, c'est une citation du nouveau testament, et alors que l'imaginaire informatique et internet était plutôt laïc avec ses trolls, ses murs de feu et quelques daemons facétieux, nous voilà avec une devise issue de la culture catholique.

Ensuite l'Anonymous qui se veut défenseur d'une certaine intégrité morale se définit comme un démon, donc un antagoniste de la vertu.

Enfin, la citation originale et "Je suis Légion" qui avait cette puissance littéraire qui disait "vous ne voyez qu'un seul individu, mais nous sommes nombreux (une légion)". Avec le We Are Legion, nous sommes encore dans une diminution de la complexité du sens, toujours dans un souhait de ratisser large intellectuellement.

Politiquement, c'est une débandade. On voit le fameux masque partout, par exemple dans la manif pro mariage gay ET dans la manif anti mariage gay. L'Anonymous est de tout bord, et j'ai hâte de voir l'Anonymous qui demain manifestera coude à coude avec les censeurs numériques, car sa seule définition existentielle n'est pas sa dimension politique, mais son masque.

Son slogan secondaire "We do not forgive, we do not forget" est une menace. Brillante conception de la société.

L'Anonymous de 2010, c'est un peu le "geek" des années 2000, en plus cheap, puisqu'il suffit d'avoir un masque en plastoc et de menacer les gens, voire de faire des attaques par déni de service, pour exister, alors que pour le geek, un iPhone à 500 € était requis.

Techniquement, c'est pas l'extase. Les grands coups d'éclat (Wikileaks, affaire Snowden) ne sont pas le fait d'anonymous (et pas des exploits techniques) et les actions à proprement parler du collectif restent d'un niveau technique faible (attaques par déni de service en utilisant un logiciel identifié).

On a tendance à croire que les Anonymous sont des "petits génies de l'informatique" car la police clame en bombant le torse qu'elle a arrêté un mec de 16 ans, un Anonymous qui prenait l'internet en otage, mais quand les gens se font prendre, c'est justement qu'ils sont loin d'être des petits génies...

Anonymous, si elle n'était pas une entité dont la naissance est clairement identifiée sur 4Chan et Encyclopedia Dramatica, deux sites pas vraiment portés sur le sérieux, pourrait paradoxalement être identifiée comme un contre-feu allumé par les instances cherchant à contrôler l'internet.







lundi 22 juillet 2013

Nébuleuse d'Orion et flèche dans le genou

C'est l'été, on fait des petits articles amusants :-)

Je relis quelques romans SF / fantasy vintage et j'ai trouvé deux petites choses sympas.

Vous connaissez sans doute l'incroyable réplique, dont la légende dit qu'elle est improvisée, de Blade Runner. Le répliquant dit quelque chose comme :

"J'ai vu des vaisseaux en feu s'écraser dans le baudrier d'Orion...j'ai vu des rayons-c scintiller sur la porte de Tannhäuser...et tous ces souvenirs disparaîtront comme des larmes dans la pluie..."

Et bien dans "Retour aux Etoiles" de Hamilton (qui a fondé le space op' light, qui a donné plus tard Capitaine Flam ou Star Wars...), un humain du XXe siècle revient à son époque après avoir vécu des aventures folles dans le futur.

Il déclare à son psychiatre :

"J'ai détruit la Nébuleuse d'Orion, j'ai traversé les Nuées où les soleils captifs brûlent dans les brumes ténébreuses." [la scène se poursuit sous une pluie serrée] "Je ne ressens désormais rien d'autre qu'un désespoir absolu."

De façon plus cocasse, dans La Belgariade (qui a inspiré quelques éléments du monde de Tamriel des Elder Scrolls, comme la Déesse Mara), tome 3 page 56, un vieux comte boite. Le héros Belgarath s'enquiert de son problème et il répond :

"Oh, autrefois j'étais un aventurier. Mais je me suis pris une flèche dans le genou."

A bientôt !